Ecoutez Radio Sputnik
    Nord Stream 2

    Poutine sur Nord Stream 2: il serait dommage que l’UE échoue à défendre ses intérêts

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (110)
    9371

    Commentant la réalisation du gazoduc Nord Stream 2, le Président Poutine a mis en garde l’Europe contre une manifestation de faiblesse qui l’empêcherait de défendre ses intérêts dans le domaine énergétique.

    Il serait dommage que l’Europe se montre faible et échoue à défendre ses intérêts pendant la réalisation du projet de gazoduc Nord Stream 2, destiné à relier la Russie à l’Europe sous la mer Baltique, a déclaré mercredi le Président Vladimir Poutine au terme d’une rencontre avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz à Saint-Pétersbourg.

    «Cédant à des pressions extérieures, la Bulgarie a renoncé au projet South Stream. Mais elle le regrette maintenant et parle de la possibilité d’obtenir notre gaz via le gazoduc Turkish Stream. Je ne voudrais pas que l’Europe ressemble à la Bulgarie, manifeste la même faiblesse et se montre incapable de défendre ses intérêts nationaux», a indiqué M.Poutine pendant une conférence de presse.

    Le Président russe a assuré M.Kurz que la Russie restait le fournisseur le plus fiable de produits énergétiques en Europe.

    «La Russie a été et restera toujours le meilleur fournisseur, y compris parce que nos gazoducs partent directement de la source, du Iamal et de Sibérie […]. Cette année, nous comptons vendre 200 milliards de m3 de gaz en Europe», a noté M.Poutine.

    Sebastian Kurz a pour sa part affirmé que son pays ainsi que les autres pays européens étaient intéressés par la mise en œuvre du Nord Stream 2.

    «Les participants européens à ce projet le soutiennent et souhaitent le réaliser. Mais il faut régler certaines questions juridiques et il importe aussi qu’on respecte les intérêts de l’Ukraine, pays de transit important», a déclaré le chancelier autrichien.

    Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites de gazoducs d'une capacité totale de 55 milliards de m3 de gaz par an, qui relieront le littoral russe à l'Allemagne sous la mer Baltique. Les deux conduites doivent être mises en service d'ici 2019, date d'expiration de l'accord russo-ukrainien sur le transit de gaz vers l'Europe. Le projet a un coût estimé à près de 10 milliards d'euros.

    Le tracé du nouveau pipeline long de 1.200 km traverse les zones économiques exclusives des pays riverains de la mer Baltique: Russie, Finlande, Suède, Danemark et Allemagne. Seul le Danemark n'a pas encore donné son feu vert à la pose du gazoduc.

    Les États-Unis réclament que les pays européens se retirent du projet et menacent d'adopter des sanctions contre ceux qui ne le font pas. Ils entendent remplacer le gaz russe par leur gaz naturel liquéfié qu'ils souhaitent vendre en construisant des terminaux méthaniers en Europe.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (110)

    Lire aussi:

    Nord Stream 2: le PDG rompt le silence sur son financement
    Nord Stream 2: agneau immolé sur l’autel politique?
    Nord Stream 2: en visant la Russie, les USA frappent-ils l’Europe ?
    Tags:
    gazoduc, faiblesse, Nord Stream 2, Union européenne (UE), Sebastian Kurz, Vladimir Poutine, Autriche, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik