Ecoutez Radio Sputnik
    Onu,Genève

    Pourparlers Rabat-Polisario à Genève: probable participation d’Alger et Nouakchott

    © AFP 2018 Fabrice Coffrini
    International
    URL courte
    693

    Le Maroc et le Front Polisario ont accepté de reprendre les négociations. Alger et Nouakchott sont disposés à participer activement dans ces pourparlers et rendront leur décision incessamment. C’est ce qu’a affirmé, le 3octobre, le secrétaire général de l’Onu en demandant au conseil de sécurité de prolonger d’un an le mandat de la Minurso.

    En vue de réunir toutes les conditions nécessaires pour la réussite des négociations entre le Maroc et le Front Polisario, prévues pour le début du mois de décembre à Genève, Antonio Guterres, le secrétaire général de l'Onu, a suggéré le 3 octobre dans un rapport au Conseil de sécurité «de prolonger d'un an le mandat» de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso). C'est ce qu'a rapporté l'AFP, ce 4 octobre, en ajoutant que le responsable avait fait savoir que l'Algérie et la Mauritanie étaient disposées à participer activement aux négociations.

    «Je recommande au Conseil d'étendre d'un an le mandat de la Minurso, jusqu'au 31 octobre 2019, afin de donner à mon émissaire l'espace et le temps nécessaires à la création de conditions permettant au processus politique [au Sahara occidental, ndlr] d'avancer», a écrit le secrétaire général de l'Onu.

    Selon le responsable onusien, le Maroc et le Front Polisario ont accepté de participer à ces «discussions préliminaires» de Genève, tandis que l'Algérie et la Mauritanie seraient aussi sur la même voie.

    Évaluant les conditions réunies pour le début de ces pourparlers, M.Guterres a souligné dans son rapport des «"développements positifs" dans le comportement du Polisario, la disposition de l'Algérie et de la Mauritanie à "un rôle plus actif dans le processus de négociations" et un "signe encourageant" du Maroc lorsqu'il a facilité les déplacements de l'ex-président allemand Horst Köhler au Sahara occidental.»

    En conclusion, dans le but de donner un important élan à ces nouvelles négociations directes entre les deux parties en conflit au Sahara occidental, suspendues depuis 2012, Antonio Guterres avait exhorté «les parties et les voisins à venir à la table de négociation de bonne foi et sans préconditions», début décembre, en Suisse, comme les y a invités fin septembre le chef de la Minurso.

    Pour rappel, l'émissaire de l'Onu pour le Sahara occidental, l'Allemand Horst Köhler, a lancé le 29 septembre des invitations au Maroc, à l'Algérie, au Front Polisario et à la Mauritanie, à venir discuter en décembre prochain à Genève de l'avenir de ce territoire, dans l'espoir de relancer un processus de paix au point mort depuis six ans, a annoncé l'AFP.

    Les quatre parties, qui ont jusqu'au 20 octobre pour répondre, sont invitées à se retrouver les 5 et 6 décembre prochain à Genève.

    Lire aussi:

    Sahara occidental: Alger aura un statut bien particulier lors des négociations de Genève
    À l’aube des pourparlers de Genève entre le Maroc et le Polisario, Riyad adoube Rabat
    Rôle présumé de l’Algérie au Sahara occidental: le Maroc voit rouge
    Tags:
    accord de paix, négociations, Front Polisario, ONU, Antonio Guterres, Suisse, Mauritanie, Algérie, Maroc, Sahara occidental
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik