Ecoutez Radio Sputnik
    La course à travers la Chine, le Kazakhstan et la Russie terminée à Saint-Pétersbourg

    Bus russes au gaz naturel liquéfié: quels horizons après la conquête des routes chinoises?

    © Sputnik . Maria Tonkova
    International
    URL courte
    6241

    Un bus russe roulant au gaz naturel liquéfié a participé à une course à travers la Chine, le Kazakhstan et la Russie. Sputnik a donné la parole à Youri Shport, PDG de l'usine qui a mis au point et fabrique ces véhicules qui «satisfont à toutes les exigences internationales du niveau écologique Euro 5».

    Le 4 septembre, dans la province chinoise du Jiangsu a démarré la plus longue course d'automobiles au gaz naturel liquéfié. Les participants à cette course automobile ont traversé la Chine, le Kazakhstan et la Russie pour arriver aujourd'hui dans la ville russe de Saint-Pétersbourg. Un bus fabriqué par l'entreprise russe RariTek a aussi pris part à cette aventure.

    Interrogé par Sputnik sur les perspectives de ces autobus en matière d'exportation, le directeur général du groupe, Youri Shport, a déclaré que les tests de certification avaient été conduits selon les standards européens et que les véhicules satisfaisaient «absolument à toutes les exigences modernes»:

    «[Les autobus] sont conformes à toutes les exigences internationales du niveau écologique Euro 5 et nous pouvons les livrer dans toutes les zones soumises à des restrictions environnementales où Euro 6 n'est pas encore entré en vigueur», a-t-il expliqué à Sputnik.

    Pour le moment, RariTek s'emploie essentiellement à présenter sa production aux transporteurs russes.

    Évoquant le déroulement de la course à travers trois pays à laquelle ont participé 15 voitures, camions et bus, M.Shport a constaté «la fraternité, la communication, l'amitié». Le trajet a été inspiré par la Route de la soie, a-t-il ajouté.

    «Dans chaque ville où nous nous sommes arrêtés en Chine, l'accueil était à la hauteur, tout était très bien organisé: partout la police, la sécurité. Au début, nous nous sentions comme les membres d'un cortège d'ambassadeurs», a-t-il raconté.

    Le concepteur s'est réjoui du fait qu'on trouvait sur les routes chinoises des stations de ravitaillement avec un choix diversifié de carburant et a estimé que la Russie et le Kazakhstan pourraient emboîter le pas à la Chine:

    «Lors de nos déplacements en République de Chine, il y avait tous les 50 kilomètres une station de ravitaillement moderne. Qu'il s'agisse de gaz comprimé ou de gaz liquéfié ou d'essence, tout y était disponible. Et pendant que nous nous déplacions sur le territoire de la Fédération de Russie et de la République du Kazakhstan, un système de ravitaillement mobile nous accompagnait».

    «Il faut travailler en coopération: producteurs, consommateurs et sociétés d'énergie qui vendent du carburant: du gaz, comme Gazprom», a résumé M.Shport.

    Lire aussi:

    La Chine souhaite importer plus de gaz russe
    «Les USA ne pourraient pas approvisionner l'UE en gaz à la place de la Russie»
    Pékin voudrait importer plus de gaz russe afin d’éviter ses erreurs passées
    Tags:
    course automobile, gaz naturel pour véhicules (GNV), perspective, bus, exportations, gaz naturel liquéfié (GNL), automobile, écologie, Saint-Pétersbourg, Kazakhstan, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik