International
URL courte
3223
S'abonner

La Russie a pris la 2e place au triste classement des morts causées par les selfies, derrière l’Inde et devant les États-Unis. Les selfies peuvent être mortels, mais les gens continuent à prendre des risques pour réussir la meilleure photo. Un média russe se souvient de cinq selfies qui ont coûté la vie à leurs auteurs.

L’Inde, la Russie et les États-Unis sont en tête du classement du nombre de morts par selfie avec respectivement 159, 16 et 14 décès enregistrés depuis 2011, d’après une étude indienne publiée par le magazine Journal of Family Medicine and Primary Care. Mentionnons quelques selfies de Russes qui ont tourné au drame ces dernières années.

Selfie avec une grenade dégoupillée

Un homme de 26 ans s’est fait prendre en photo avec une grenade dégoupillée à Labinsk, dans le territoire de Krasnodar, durant l’hiver 2017. Il a eu le temps de publier la photo sur des réseaux sociaux et de l’envoyer à plusieurs amis. Il a ensuite cessé de répondre aux messages. 

Son corps a été retrouvé dans une voiture fortement endommagée par une explosion. Selon la police, il n’avait pas eu le temps de remettre la goupille.

​ Morte au nom de belles images

En octobre 2017, une touriste, Natalia Borodina, est morte dans un accident de la route en République dominicaine. Topless, elle a sorti la tête d’une voiture en marche alors que sa copine, qui était au volant, la filmait. 

La jeune femme a été heurtée par un obstacle, probablement un panneau de circulation. Grièvement blessée à la tête, elle est décédée à l’hôpital. La tragédie a eu lieu sur une autoroute près de Punta Cana. 

A la recherche de nouvelles prises de vue

En 2015, à Vologda, un élève de terminale, Andreï Petrovski, est tombé du haut d’un immeuble de huit étages alors qu’il posait pour une photo impressionnante. 

Andreï voulait que son copain prenne un cliché où il faisait semblant de tomber. Mais il a lâché la corde qui le retenait sur le toit. Les médecins n’ont pu le sauver.

Autoportrait sur un pont

En 2014, une élève de l’école secondaire russe Ksenia Ignatieva s’est prise en photo sur un pont ferroviaire de Saint-Pétersbourg, d'après des médias locaux.

Ayant atteint le point le plus élevé du pont, l’adolescente a perdu l’équilibre et s’est accrochée à un câble sous haute tension. Les policiers ont découvert le corps de Ksenia sous le pont.

Leçon pour les autres

En 2013, un parcoureur, Pavel Kachine, qui réalisait un salto arrière sur le toit d’un immeuble de 15 étages à Saint-Pétersbourg, a raté son exercice. Tombé du haut du bâtiment, il a plus tard succombé à ses blessures. 

Son père a publié la dernière photo de son fils sur les réseaux sociaux pour donner une leçon aux autres aventuriers.

Selon les experts de l’étude indienne, 259 selfies mortels ont été enregistrés dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017 et ce ne sont que les décès déclarés. L’âge moyen des victimes des «selficides» est d’environ 23 ans et les hommes sont plus nombreux (72,5%) que les femmes (27,5%) parmi les personnes mortes en prenant des selfies. Les causes les plus fréquentes de décès à cause des selfies sont: la noyade, la chute d’une falaise ou d’un bâtiment et un choc contre un véhicule. 

Lire aussi:

Macron annonce la création d'une plateforme de signalement des discriminations
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
«Louis de Funès is back»: quand Jean Castex cherche des lunettes posées sur son nez – vidéo
Tags:
pont, grenade, morts, selfie, Territoire de Krasnodar, Saint-Pétersbourg, République dominicaine, Vologda, Inde, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook