Ecoutez Radio Sputnik
    Abou Bakr al-Baghdadi

    Les Iraniens auraient failli abattre al-Baghdadi en Syrie

    © REUTERS / Social Media Website
    International
    URL courte
    17291

    Abou Bakr al-Baghdadi a failli être abattu par un missile iranien qui visait une réunion du conseil militaire de Daech*, selon le commandant d'une milice irakienne cité par Baghdad Today.

    Mossoul
    © REUTERS / Thaier Al-Sudani
    Le chef des djihadistes de Daech* a échappé à la mort pendant une frappe aérienne menée il y a quelques jours par l'Iran en Syrie, affirme le portail Baghdad Today citant le commandant de la milice irakienne Hachd al-Chaabi, Jabbar al-Maamouri.

    Selon lui, les forces iraniennes ont lancé des missiles sur un lieu où se tenait une importante réunion du conseil militaire de Daech*.

    «Abou Bakr al-Baghdadi était en route, il a frôlé la mort dans le bombardement, mais survécu parce qu'il était un peu en retard pour la réunion», a expliqué l'interlocuteur du site.

    Toujours d'après M.al-Maamouri, plusieurs dirigeants du groupe terroriste ont trouvé la mort dans l'attaque, dont l'adjoint d'al-Baghdadi, Ali al-Machadani.

    Abou Bakr al-Baghdadi a fait sa dernière apparition publique en juillet 2014. Certains médias affirment qu'il ne contrôle plus depuis longtemps le groupe djihadiste et qu'il souffre soit d'un cancer du poumon soit des suites d'une blessure grave.

    Récemment, la chaîne Al Arabiya a fait état de la mort du fils cadet du chef de Daech* dans une frappe réalisée par les Troupes aérospatiales russes sur le territoire syrien le 22 septembre dernier.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Daech confirme la mort de son chef Abou Bakr al-Baghdadi
    Pour la première fois depuis un an, le chef de Daech aurait brisé le silence
    Le renseignement irakien dément la mort d'al-Baghdadi
    Tags:
    lutte antiterroriste, frappe aérienne, djihadisme, Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, Syrie, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik