International
URL courte
5212
S'abonner

Le vice-Président américain Mike Pence accuse la Chine d’ingérence dans la politique et les élections aux États-Unis ce que dément vigoureusement Pékin. Sputnik a demandé au sinologue italien Francesco Sisci, de l'Université du peuple à Pékin, de commenter l’état actuel des relations entre les deux pays.

Au cours des derniers mois, la tension entre les États-Unis et la Chine ne cesse de monter. Tout a commencé par l'imposition de surtaxes, et maintenant on entend des accusations d'ingérence de la Chine dans les affaires intérieures des États-Unis, alors que des exercices militaires sont programmés pour novembre en mer de Chine méridionale, a rappelé à Sputnik Francesco Sisci, sinologue italien qui vit et travaille en Chine.

«Bien que tous ces événements ne soient pas liés, ils témoignent tous d'une extrême irritation, sinon de la colère, à l'égard de la Chine. […] La situation ne changera pas si la Chine ne fait rien», a estimé l'interlocuteur de l'agence.

Selon ce dernier, il y a aux États-Unis deux groupes d'opinion. Selon le premier, l'Amérique a deux ennemis: la Russie et la Chine. D'après le second, c'est la Chine qui est le principal ennemi des Américains qui devraient améliorer les relations avec la Russie.

«À mon avis, la réaction [côté chinois, ndlr] est plutôt faible. […] De toute évidence, la Chine ne sait toujours pas comment réagir à tout cela et attend les résultats des élections de mi-mandat de novembre prochain aux États-Unis», a poursuivi l'Italien.

Et de supposer qu'avant de répondre aux Américains, les Chinois voudraient sans doute voir si, à l'issue de ces élections, la position de Donald Trump serait confortée ou affaiblie.

«La réponse chinoise aux accusations des États-Unis dépendra du résultat des élections de mi-mandat», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

Le vice-Président des États-Unis Mike Pence a également accusé la Chine de tenter de miner l'autorité de Donald Trump et d'élaborer un plan de pillage des technologies américaines.

Lire aussi:

Un Bordelais poignardé au cœur en pleine rue pour avoir demandé à des jeunes de ne pas uriner sur un mur
La Turquie pose un ultimatum à l'armée de Khalifa Haftar
Un charmant petit golden retriever dort dans une gamelle – vidéo
Un cortège de mariage tourne au rodéo sauvage dans le Nord - photos
Tags:
ennemis, accusations, élections, technologies, pillage, Université du peuple à Pékin, Sputnik, Francesco Sisci, Mike Pence, Donald Trump, Mer de Chine méridionale, États-Unis, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook