International
URL courte
261513
S'abonner

Qualifiant la bataille pour Idlib de moment clef pour la Syrie, Bachar el-Assad a estimé que le succès de l’armée gouvernementale dans cette province signera «l’échec» des projets mûris par les pays occidentaux.

Le Président syrien Bachar el-Assad a expliqué l'emballement politique autour de la province d'Idlib par la peur de l'Occident de voir ses projets ruinés.

«L'hystérie occidentale qui précède la bataille d'Idlib s'explique par le fait que c'est quelque chose de fatal pour eux parce que la victoire des Syriens dans ce conflit fera échouer leurs projets», a-t-il indiqué, cité par l'agence syrienne Sana.

Évoquant l'accord russo-turc sur Idlib, M. el-Assad a indiqué que la position de l'État syrien était «claire» et que ce gouvernorat, comme les autres territoires syriens sous le contrôle des terroristes, reviendrait dans le giron de l'État syrien. Il a également estimé que l'accord en question est une mesure provisoire qui a permis à l'État syrien d'éviter l'effusion de sang.

Les Présidents russe et turc, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, s'étaient précédemment entendus à Sotchi afin de mettre en place une zone démilitarisée large de 15 à 20 km le long de la ligne de contact entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition armés dans le gouvernorat d'Idlib d'ici au 15 octobre. Les ministres de la Défense des deux pays ont signé de leur côté un mémorandum sur la stabilisation de la situation dans la zone de désescalade d'Idlib. Téhéran a constaté que l'accord de la Russie et de la Turquie sur la Syrie avait aidé à prévenir la guerre à Idlib.

Lire aussi:

Quelle a été la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux à la publication de ses vidéos X?
Macron déplorerait la «connerie» de Griveaux et son «improbable carrière de cinéaste»
Alexandra de Taddeo explique pourquoi elle avait conservé les vidéos X envoyées par Griveaux
Au Cameroun, les mangeurs de chats et de chiens n’en démordent pas…
Tags:
Bachar el-Assad, Idlib, Occident, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook