Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Conditions d’octroi de visas: entre Alger et Paris ça serait «la réciprocité diplomatique»

    CC BY-SA 4.0 / Yelles / Le Musée des Beaux-Arts d'Alger vu depuis le Jardin d'Essai
    International
    URL courte
    133011

    En application du principe de réciprocité diplomatique, l’Algérie aurait durci les conditions d’octroi de visas aux citoyens français, a indiqué ce 8 octobre le quotidien algérien El Bilad, citant des sources diplomatiques.

    En contremesure à la restriction de visas aux Algériens, les autorités d'Alger auraient mis en place, depuis le dimanche 7 octobre, des mesures de durcissement des conditions d'octroi de visas, de différentes catégories, aux citoyens français, a indiqué ce 8 octobre le quotidien algérien arabophone El Bilad, citant des sources diplomatiques aux faits du dossier.

    Selon ces sources, «le ministère algérien des Affaires étrangères a adressé une note aux différentes représentations algériennes en France, ambassade et consulats, pour la mise en application de nouvelles procédures concernant l'octroi de visas aux ressortissants français».

    Énumérant les nouvelles conditions imposées par les autorités algériennes aux citoyens français désireux de se rendre en Algérie, ces sources ont indiqué que «conformément à ces nouvelles dispositions, il sera procédé à l'augmentation des frais d'étude de dossier — 85 euros actuellement — qui sont non remboursables en cas de refus». «Aussi, il sera exigé des demandeurs de visas de joindre un certificat d'hébergement dûment signé et légalisé par le maire de la ville, lieu de résidence en Algérie», ont-elles ajouté.

    Pour les Français ayant été invité par des personnes ou des entreprises algériennes, les mêmes sources ont affirmé que «concernant les invitations adressées à des ressortissants français par des parties algériennes, les nouvelles règles exigent de ces dernières d'emmètre une lettre d'invitation accompagnée d'une attestation de prise en charge totale des frais de séjour de l'invité, et d'un engagement de ce dernier de retourner en France à la fin de son séjour, en plus de toutes les informations liées à son état civil».

    Les relations bilatérales algéro-françaises se portent bien, a déclaré le 6 septembre lors d'une conférence de presse à Alger, Ahmed Ouyahia, le Premier ministre algérien. Le responsable algérien a souligné qu'il y a une règle que les Français connaissent bien, avec les Algériens, «c'est la réciprocité diplomatique».

    «Ils se sont conduits, avec nous, d'une certaine façon au sujet de la sécurité de notre ambassade [à Paris, ndlr], nous avons agi de même. Ils sont en train d'agir d'une certaine façon pour les visas, si ça continue, on va agir de même. La réciprocité, ils connaissent ça très bien, depuis 1962», a affirmé M.Ouyahia.

    Pour rappel, le 19 septembre, les autorités algériennes ont décidé de priver de protection policière toutes les représentations diplomatiques françaises en Algérie. Une mesure qui répond, d'après Alger, au retrait des policiers présents devant la résidence de l'ambassadeur d'Alger à Paris.

    Lire aussi:

    Visas: l’ambassade de France à Alger aurait claqué la porte au nez des députés algériens
    Alger prorogerait la suspension de la protection des représentations françaises en Algérie
    «Pas de crise entre la France et l’Algérie»…mais juste: œil pour œil et dent pour dent
    Tags:
    conditions visas, principe de réciprocité, Bernard Bajolet, Ahmed Ouyahia, France, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik