Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump et Nikki Haley

    Trump confirme la démission de Nikki Haley

    © AP Photo / Evan Vucci
    International
    URL courte
    571065

    S’exprimant devant les journalistes dans le Bureau ovale, le Président Trump a confirmé qu’il avait accepté la démission de la représentante américaine aux Nations unies Nikki Haley qui doit quitter son poste à la fin de l’année.

    Donald Trump a annoncé qu'il avait accepté la démission de la représentante américaine à l’Onu Nikki Haley, qui partira à la fin de l'année, écrit Associated Press.

    Le Président a salué l’«incroyable travail» que Mme Haley avait effectué aux Nations unies.

    «Nous sommes tous heureux pour vous dans un sens, mais nous détestons vous perdre […]. J'espère que vous reviendrez à un moment donné. Peut-être pour un autre poste. Vous pouvez faire votre choix», a déclaré Trump.

    Il a également précisé que Mme Haley avait discuté avec lui il y a six mois la possibilité de donner sa démission qu’elle voulait présenter à la fin de l’année ou l’année prochaine.

    À son tour, Nikki Haley a indiqué qu'elle ferait campagne pour la réélection de Trump à la présidence en 2020.

    Plus tôt, la Maison-Blanche a annoncé que le Président et Mme Haley se rencontreraient à 10h30 (14h30 GMT) dans le Bureau ovale.

    Le Président américain a confirmé sur son Twitter que la rencontre aura effectivement lieu.

    «Une grande annonce avec mon amie l'ambassadrice Nikki Haley dans le Bureau ovale à 10h30», a-t-il écrit.

    Nikki Haley, âgée de 46 ans, a été nommée au poste d’ambassadeur américain à l’Onu en novembre 2016. Avant cette nomination, elle était gouverneur de Caroline du Sud.

    Lire aussi:

    Moscou réagit à la démission de Nikki Haley
    Ivanka Trump pourrait-elle remplacer Nikki Haley à l'Onu? Le Président répond
    Démission de Nikki Haley: qui sont les candidats US au poste d’ambassadeur à l’Onu?
    Tags:
    Nikki Haley, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik