International
URL courte
10663
S'abonner

Si le Royaume-Uni décidait de mener une cyberattaque contre la Russie, dont l’éventualité a récemment été évoquée par The Sunday Times, la riposte de Moscou serait «ferme», a souligné le vice-ministre russe des Affaires étrangères interrogé par Sputnik. Selon lui, Londres agirait «depuis toujours» au détriment des intérêts russes.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Oleg Syromolotov a déclaré à Sputnik que la riposte à une possible cyberattaque britannique contre les infrastructures russes serait «assez ferme».

«Le Royaume-Uni est depuis toujours, depuis [l'époque] d'Ivan le Terrible, un adversaire de la Russie qui agit à son encontre, et si [les Britanniques] le déclarent, alors il est possible qu'ils tenteront [de le faire], mais nous allons nous défendre et notre riposte sera assez ferme», a-t-il précisé.

Pour rappel, le 7 octobre dernier The Sunday Times avait publié un article rapportant que le ministère de la Défense britannique considérait la possibilité de cyberattaques visant à couper l'approvisionnement de Moscou en énergie électrique, en riposte à «l'agression» russe. D'après le journal, Londres estime qu'une cyberattaque d'envergure est la seule alternative aux armes de destruction massive.

Cette publication avait été qualifiée de «fake news» destinée à «diaboliser» la Russie par le sénateur russe Frants Klintsevich. L'ambassade russe à Londres avait pour sa part déclaré que l'absence de réaction de la part du gouvernement britannique ne pouvait que témoigner de la véracité de ces informations.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Tags:
riposte, cyberattaque, ministère russe des Affaires étrangères, Oleg Syromolotov, Royaume-Uni, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook