Ecoutez Radio Sputnik
    la frontière entre la Tunisie et la Libye

    «Nuire à l’Occident», soutenir Haftar… Quels sont les véritables intérêts russes en Libye?

    © REUTERS / Zohra Bensemra
    International
    URL courte
    9280

    La Russie commence à s’installer en Libye pour soutenir le général Haftar et diriger des flux migratoires contre l’Occident, affirme en exclusivité le quotidien The Sun. Mais quel intérêt aurait Moscou à soutenir une des entités dans un pays plongé dans le chaos et quels sont à ce stade ses objectifs en Libye?

    «La Russie a envoyé des troupes et des missiles en Libye pour imposer une nouvelle mainmise sur l'Occident», affirme le tabloïd The Sun, prétendant à l'exclusivité de ses révélations présumées. Preuves à l'appui? Les dires des «sources au sein du renseignement» qui, sans citer leurs noms, assurent qu'en soutenant l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar, Moscou cherche à «prendre contrôle» des flux migratoires en vue de les diriger contre l'Europe.

    La publication a eu l'effet escompté, plusieurs diplomates britanniques ayant lancé des appels à Theresa May pour «faire face à la menace russe». Le tout sans attendre une moindre preuve de l'information née dans les colonnes d'un tabloïde et non confirmée jusqu'ici par aucun moyen objectif. L'ambassade russe à Londres a d'ailleurs dans la journée démenti les allégations de The Sun, les considérant comme «une tentative de rejeter sur la Russie la responsabilité pour la destruction» de la Libye.

    «La Russie a toujours eu des intérêts en Libye comme dans un État», explique à Sputnik Dmitri Egortchenkov, directeur des études du Proche-Orient au sein de l'Institut des recherches et des prévisions rattaché à l'Université de l'amitié des peuples. Le politologue évoque à cette occasion des liens économiques et militaires que les deux pays riches en hydrocarbures entretenaient à des périodes différentes de l'Histoire.

    Seul problème, l'existence même de l'État libyen est remise en question depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Déchirée par une lutte pour le pouvoir, la Libye est dirigée par deux entités rivales: le gouvernement d'union nationale (GNA), issu d'un processus onusien et reconnu par la communauté internationale, basé dans la capitale, et un cabinet parallèle installé dans l'est. Ce dernier est soutenu par l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de cette région orientale.
    C'est lui, Khalifa Haftar qui en février dernier avait demandé de l'aide à la Russie, sauf que celle-ci n'y avait jamais répondu par l'affirmative.

    «La Russie entretient des relations équilibrées avec des acteurs politiques diverses et des forces "saines" en Libye. Nous sommes en contact avec l'ouest et l'est, avec le gouvernement de Tripoli et avec Khalifa Haftar», poursuit Dmitri Egortchenkov.

    «Nous avons des objectifs assez claires en Libye: nous souhaitons que le dialogue politique prenne le dessus, que la période du chaos qui a succédé au meurtre de Kadhafi reste dans le passé, que le pays cesse d'être un foyer du terrorisme dans le nord de l'Afrique», ajoute-t-il. «Pas besoin de soutenir un des acteurs sur le terrain pour y arriver».

    Commentant les informations concernant les «troupes russes en Libye», relayées par The Sun, M.Egortchenkov explique que des militaires russes sont présents en Égypte, dans des zones proches de la frontière avec la Syrie. «Ils entraînent des militaires égyptiens», précise-t-il.

    «Je ne pense pas que la Russie soit prête à soutenir l'entité orientale libyenne et qu'il y en aurait besoin en général. Le bloc de l'est n'a aucun problème avec les victoires militaires, ils n'ont pas besoin d'aide militaire», estime l'expert.

    Et de conclure: «L'histoire la plus récente de nos relations avec les "sources britanniques" montre qu'on devrait pas trop leur croire. Ils cherchent malheureusement à faire sensation et travaillent sur commande politique».

    Lire aussi:

    Rencontre Choïgou-Haftar à Moscou: l’Afrique du Nord au menu
    Tripoli et le maréchal Khalifa Haftar demandent de l’aide militaire à Moscou
    Libye: un chasseur de l’armée nationale abattu au nord du pays
    Tags:
    Theresa May, Khalifa Haftar, Libye, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik