Ecoutez Radio Sputnik
    Le siège de l'OIAC à La Haye

    Damas met en garde contre la division des membres de l’OIAC

    © AP Photo / Peter Dejong
    International
    URL courte
    4240

    Les tentatives entreprises par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni pour politiser le fonctionnement de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) sont dangereuses, a déclaré le vice-ministre syrien des Affaires étrangères.

    Faisal Mekdad, vice-ministre syrien des Affaires étrangères, a estimé, lors d'un briefing pour les ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques accrédités en Syrie, que le renforcement des pouvoirs de l'OIAC était dangereux et pouvait provoquer la division des membres au sein de l'organisation.

    «Mekdad a mis en garde contre les tentatives de l'Occident avec les États-Unis, la France et le Royaume-Uni à sa tête de politiser le travail au sein de l'OIAC», indique le message de la diplomatie syrienne à l'issue du briefing.

    Et de poursuivre:

    «Il a pointé le danger émanant des efforts de ces pays de diviser l'organisation, ce qui peut influencer le travail dans le futur».

    De plus, Faisal Mekdad a évoqué les failles juridiques dans la décision d'élargir le mandat de l'OIAC «du point de vue du contenu et du moyen de l'accepter»:

    «Il a pointé le fait qu'une partie des points de cette décision contredisait la Convention sur l'interdiction des armes chimiques et ses fondements.»

    Le vice-ministre syrien a qualifié la décision de l'organisation d'illégale et a rappelé que ce n'était que le Conseil de sécurité de l'Onu qui avait autorité pour prendre les décisions de punir tel ou tel pays pour une violation de la Convention.

    L'OIAC a vu ses pouvoirs renforcés au cours de la récente conférence urgente de l'Organisation à La Haye. Désormais, l'OIAC est habilitée à identifier «les auteurs, organisateurs et commanditaires» d'attaques commises sur le territoire de ses membres, et non pas seulement les substances utilisées.

    Le projet de décision avait été soumis par le Royaume-Uni avant d'être approuvé par 82 voix pour et 24 contre, dont la Russie, l'Iran et la Syrie. Selon Damas, la résolution en question est susceptible d'«ajouter de nouvelles complications à la capacité de l'OIAC de jouer son rôle» et d'«aggraver la division entre les pays membres».

    Lire aussi:

    Damas explique à quoi sert l'élargissement des pouvoirs de l'OIAC
    Lavrov: l’Occident veut faire de l’OIAC un moyen de punir les gouvernements indésirables
    Moscou: Londres a soudoyé des membres de l'OIAС
    Tags:
    OIAC, Royaume-Uni, Paris, Washington, Damas, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik