International
URL courte
7114
S'abonner

Considérant «incroyable» la candidature de sa fille au poste d'ambassadeur américain à l'Onu, Donald Trump a pour autant exclu cette possibilité, écrit Associated Press.

Le Président américain a répondu mardi aux journalistes qui voulaient savoir si sa fille Ivanka pourrait remplacer Nikki Haley à l'Onu lorsque cette dernière quittera son poste à la fin de l'année.

Ainsi, Donald Trump a déclaré qu'Ivanka serait «incroyable» dans ce rôle mais qu'il savait que s'il la choisissait, il serait accusé de népotisme.

En même temps, il a précisé qu'en tant que candidature pour succéder à Nikki Haley comme ambassadeur des États-Unis à l'Onu, il considérait l'ancienne dirigeante de Goldman Sachs et conseillère à la Maison-Blanche, Dina Powell.

Maria Zakharova
© Sputnik . Ekaterina Chesnokova

Le Président américain a confirmé mardi matin qu'il avait accepté la démission de Nikki Haley qui devrait quitter son poste d'ambassadrice américaine auprès de l'Onu à la fin de l'année.

Il a également salué l'«incroyable travail» que Mme Haley avait effectué aux Nations unies et a déclaré qu'il dévoilerait le nom de son successeur «d'ici deux ou trois semaines».

À son tour, Nikki Haley a indiqué qu'elle ferait campagne pour la réélection de Trump à la présidence en 2020, mais elle n'envisageait pas de présenter sa candidature lors des élections en question malgré les rumeurs.

Nikki Haley, âgée de 46 ans, a été nommée au poste d'ambassadrice américaine à l'Onu en novembre 2016. Avant cette nomination, elle était gouverneur de Caroline du Sud.

Lire aussi:

Un cortège de mariage tourne au rodéo sauvage dans le Nord - photos
L'Algérie appelle le Maroc à arrêter la construction de sa base militaire à la frontière
«Faiblesse consentie, abandon et renoncement»: La France face à la Turquie et l’Otan
Tags:
ONU, Nikki Haley, Ivanka Trump, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook