Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    L’Iran réagit à l’extradition de son diplomate vers la Belgique, selon les médias

    © AFP 2019 ATTA KENARE
    International
    URL courte
    3218

    En réaction à l'extradition vers la Belgique de son diplomate arrêté en Allemagne, la République islamique a convoqué l'ambassadeur allemand, affirme Press TV.

    L'Iran a convoqué l'ambassadeur d'Allemagne en poste à Téhéran suite à la récente décision du tribunal bavarois d'approuver l'extradition d'un diplomate iranien vers la Belgique, relate la chaîne Press TV.

    Début octobre, le tribunal de la ville de Bamberg, en Bavière, avait approuvé l'extradition du diplomate visé par un mandat d'arrêt européen délivré par les forces de l'ordre belges.

    «L'Iran a convoqué l'ambassadeur allemand en rapport avec l'extradition d'un diplomate iranien vers la Belgique», a indiqué la chaîne de télévision sur son fil Twitter.

    Le diplomate Assadollah Assadi, en poste à l'ambassade d'Iran à Vienne, avait été interpellé en Allemagne début juillet dans le cadre de l'enquête sur un projet d'attentat contre un rassemblement d'opposants iraniens fin juin à Villepinte en région parisienne. Mardi 9 octobre, l'intéressé a été remis à la Belgique.

    Un couple de Belges d'origine iranienne a été arrêté fin juin en région bruxelloise dans le cadre de la même affaire, en possession d'environ 500 grammes de matière explosive.

    Le 3 octobre, les autorités françaises ont accusé le ministère iranien des Renseignements d'être derrière ce projet d'attentat, ce que la République islamique a fermement démenti.

    Lire aussi:

    L’Iran affirme avoir neutralisé une série de cyberattaques US et raille l’armée américaine
    Feu vert de Trump pour des cyberattaques contre les systèmes de contrôle de missiles iraniens?
    Trump dit quel message il voit dans la destruction du drone US par Téhéran
    Tags:
    projet d'attentat, extradition, diplomatie, ambassadeur, Bavière, Belgique, Allemagne, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik