Ecoutez Radio Sputnik
    Idlib

    Dans le nord de la Syrie, les radicaux creusent des tunnels et pilonnent les civils

    © AFP 2018 Karam Al-Masri
    International
    URL courte
    6140

    La situation dans le nord de la Syrie pourrait s’aggraver, parce que les djihadistes étrangers renforcent leurs positions et tirent sur les civils malgré l’opération de retrait des radicaux du gouvernorat d’Idlib dans le cadre de l’accord passé entre Moscou et Ankara.

    Les terroristes étrangers ignorent l'opération de retrait des radicaux de la zone démilitarisée dans le nord de la Syrie effectuée par la Turquie, a annoncé à Sputnik un des commandants de l'armée syrienne qui sert dans le gouvernorat de Lattaquié.

    Selon lui, les djihadistes renforcent leurs positions, creusent des tranchées et des tunnels. Les groupes terroristes, tels que le Front al-Nosra*, Tanzim Hurras ad-Din* et le Parti islamique du Turkestan*, se renforcent notamment sur des hauteurs près de la localité de Kabbani, à la limite avec le gouvernorat d'Idlib.

    La situation s'aggraverait dans cette zone, parce que les terroristes n'entendent pas céder ces positions stratégiques, estime le militaire syrien. Les territoires occupés par les radicaux se trouvent entre les gouvernorats de Lattaquié et d'Idlib et la Turquie. Ces hauteurs leur permettent de contrôler des zones voisines et leur donnent un avantage considérable sur l'infanterie syrienne.

    À cause des pilonnages réguliers des radicaux contre la population civile, l'artillerie de l'armée gouvernementale doit frapper les positions de ces derniers, a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

    L’armée gouvernementale doit frapper les positions des radicaux
    © Sputnik . Morad Saeed
    L’armée gouvernementale doit frapper les positions des radicaux

    Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan s'étaient précédemment entendus à Sotchi afin de mettre en place une zone démilitarisée large de 15 à 20 km le long de la ligne de contact entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition armés dans le gouvernorat d'Idlib avant le 15 octobre.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Opposant syrien: le retrait des armes lourdes d’Idlib intensifie le «règlement politique»
    Erdogan: Ankara et Moscou définiront les groupes armés devant quitter Idlib
    Le Front al-Nosra aurait accepté l’ultimatum sur sa dissolution, selon des médias syriens
    Tags:
    terrorisme, zone démilitarisée, radicaux, Tanzim Hurras ad-Din, Parti islamique du Turkestan, Front al-Nosra, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Turquie, Sotchi, Ankara, Moscou, Lattaquié, Idlib, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik