Ecoutez Radio Sputnik
    Menaces de mort contre la minorité hongroise en Ukraine

    Menaces de mort contre la minorité hongroise en Ukraine

    © AFP 2018 Sergiy Gudak
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    6023

    Les autorités hongroises ont dénoncé publiquement les agissements de l’Ukraine vis-à-vis de la minorité magyarophone dans l’ouest du pays.

    Budapest considère que Kiev ne protège pas assez ses minorités après la publication d'une «liste de la mort», rassemblant les noms de binationaux et la mise en ligne d'une pétition demandant leur «expulsion collective».

    «La politique anti-hongroise [de l'Ukraine] a atteint un nouveau niveau», a déclaré Levente Magyar, secrétaire d'État hongrois.

    Après les russophones du Donbass, les magyarophones de Transcarpatie… L'Ukraine serait-elle fâchée avec ses minorités? C'est en tout cas l'avis de Levente Magyar. Le ministre d'État aux Affaires parlementaires hongrois a convoqué l'ambassadrice d'Ukraine à Budapest le 10 octobre dernier afin de demander des explications à Kiev sur les récents évènements en Transcarpatie.

    Cette région occidentale de l'Ukraine, frontalière de la Hongrie, est peuplée par une importante minorité magyarophone «effrayée», selon le secrétaire d'État, qui dénonce la publication deux jours plus tôt d'une liste de 313 noms identifiés comme ayant «juré allégeance à la Hongrie» sur le site ukrainien Myrotvorets.

    «C'est une liste de la mort, puisqu'elle nomme les ennemis supposés de l'Ukraine. […] Il est déjà arrivé que des gens qui apparaissaient sur ce type de listes soient victimes de meurtre», dénonçait lors d'une conférence de presse Levente Magyar.

    Parmi les personnes figurant sur cette liste, on retrouve le ministre des Affaires étrangères hongrois, même si la majorité d'entre eux sont des binationaux hongro-ukrainiens vivant en Transcarpatie.

    Mais cette «liste de la mort» n'est pas le seul élément qui préoccupe Budapest. Le ministre hongrois a également fait part de son inquiétude quant à la publication, sur le site du parlement ukrainien, d'une pétition demandant «l'expulsion collective» des titulaires des deux passeports hongrois et ukrainien.

    «C'est inquiétant, car le Parlement ukrainien donne libre cours à ces initiatives», a-t-il déclaré.

    La situation en Transcarpatie n'a cessé de se tendre depuis la réforme de l'éducation votée par l'Ukraine en septembre 2017. La suppression du hongrois comme langue dans les collèges et lycées ukrainiens avait provoqué un vaste mouvement de soutien en faveur de la minorité magyarophone à Budapest.

    Depuis, de nombreux incidents impliquant des nationalistes ukrainiens ont eu lieu en Transcarpatie, ce qui a poussé les autorités hongroises à demander l'envoi d'observateurs de l'OSCE sur place en décembre dernier, après qu'un groupe de nationalistes ukrainiens ait arraché un drapeau hongrois et menacé la Hongrie.

    Les relations se dégradent entre Budapest et Kiev au point que de chaque côté, on envisage le pire. Alors que le gouvernement hongrois, pour qui la défense des minorités est une priorité, a «demandé à son État-Major de mettre au point un plan d'intervention militaire» pour protéger les Hongrois sur place si nécessaire, Kiev a répondu en installant une base militaire en Transcarpatie et en déclarant publiquement «être prête à envoyer l'armée».

    Lire aussi:

    Hongrois d’Ukraine: Budapest évoque les «dictatures les plus sinistres»
    Délivrer des passeports hongrois aux Ukrainiens de Transcarpatie aggrave les relations
    Les Hongrois de Transcarpatie se battront pour la langue russe
    Tags:
    menace de mort, Transcarpatie, Hongrie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik