Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants africains

    Le Croissant-Rouge algérien lève le voile sur l’assistance apportée aux migrants mineurs

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    2120

    L’Algérie a traité dignement les migrants et elle s’est particulièrement bien occupée des mineurs, 10.000 en tout, et des femmes ayant été victimes d’abus sexuels. C’est ce qu’a déclaré le 11 octobre la présidente du Croissant-Rouge algérien, lors d’un entretien accordé à la chaîne 1 de la radio nationale algérienne.

    En les rapatriant dans leur pays d'origine, l'Algérie a sauvé 10.000 mineurs qui étaient exploités par les réseaux de trafic d'êtres humains. C'est ce qu'a affirmé le 11 octobre Saïda Benhebilès, la présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA), lors de son passage à la chaîne 1 de la radio nationale algérienne. Selon elle, les migrants que son pays a reconduits au Niger n'ont pas été maltraités et l'État algérien a mis en œuvre tous les moyens nécessaires pour que l'opération se fasse dans le respect de la dignité humaine et des lois du pays, selon le site d'information Algeriepatiotqiue.

    «L'Algérie a rapatrié 10.000 mineurs qui étaient exploités par des réseaux de traite de personnes», a affirmé la responsable humanitaire, en soulignant que «les autorités ont pris en charge ces mineurs mais aussi des femmes qui auraient subi des agressions sexuelles».

    Évoquant les moyens mis à la disposition du CRA par les autorités algériennes pour mener à bien ces opérations de rapatriement, la présidente de cette organisation humanitaire a soutenu que «l'Algérie a dépensé plus de 19 millions d'euro dans les opérations de rapatriement des migrants depuis 2017». Ces opérations, selon elle, «ont été organisées sur la demande du Niger et elles se sont déroulées dans le respect de la dignité des personnes et en application des lois de la République».

    Dans le même sens, tout en rappelant que l'Algérie a rapatrié 8.600 migrants entre août et décembre 2017, Mme Benhebilès a souligné que pour assurer le bon déroulement de ces opérations «l'Algérie a mobilisé 609 bus climatisés et 141 camions pour leurs bagages».

    En conclusion, en réponse aux accusations portées contre son pays par Felipe Gonzalez Morales, rapporteur spécial du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu sur les droits des migrants, Saïda Benhebilès a rappelé que «l'action humanitaire en Algérie est enracinée dans l'histoire et jouit même de reconnaissance et estime auprès de la Communauté humanitaire internationale».

    Le 9 octobre, Felipe Gonzalez Morales avait écrit dans son rapport remis à l'Onu: «J'appelle le gouvernement algérien à cesser immédiatement les expulsions collectives de migrants [africains] vers le Niger». «Les migrants sont raflés à leurs domiciles en pleine nuit […] sans même avoir le temps de s'habiller, de prendre leurs affaires et leurs économies», a-t-il ajouté. Ils sont emmenés dans des postes de police, «battus» puis déportés par bus vers la frontière du Niger, où ils doivent marcher pour rejoindre la ville la plus proche, accuse encore le rapport, en précisant que parmi ces derniers, de nombreux migrants «vivaient et travaillaient depuis plusieurs années en Algérie, où leurs enfants étaient nés et scolarisés».

    Lire aussi:

    «Les migrants sont raflés à leurs domiciles en pleine nuit», l’Onu met en garde l’Algérie
    Le ministre algérien de l’Intérieur répond aux attaques sur le traitement des migrants
    Migration en Afrique du Nord: «l'œuvre de l'Otan et de son intervention en Libye»
    Tags:
    mineurs, femmes, migrants, frontière, Croissant-Rouge algérien, Saïda Benhebilès, Sahel, Algérie, Niger
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik