Ecoutez Radio Sputnik
    Présidentielle au Cameroun

    Présidentielle au Cameroun, de faux observateurs internationaux démasqués

    © AP Photo / Sunday Alamba
    International
    URL courte
    Anicet Simo
    3412

    Une nouvelle polémique fait rage après la présidentielle au Cameroun. Après la victoire revendiquée de certains opposants, de faux observateurs de l’ONG Transparency International se sont exprimés dans les medias pour cautionner la tenue du scrutin. Ils ont été formellement désavoués par l’ONG.

    L'affaire fait grand bruit depuis le début de cette semaine au Cameroun. À la suite de la diffusion d'un reportage sur les antennes de la CRTV, la télévision nationale. Dans ce reportage, la télévision d'état présente sept observateurs comme appartenant à l'ONG Transparency international. Des observateurs se félicitant du bon déroulement du scrutin alors que les candidats à cette élection dénoncentde multiples fraudes.

    «Le déroulement du dépouillement du scrutin est une véritable leçon de démocratie»
    «J'ai trouvé la manière de faire d'Elecam très pédagogique… il y'avait des normes et des choses faites de manière très pédagogique»
    «De ce que j'ai vu hier au dépouillement, c'est une véritable leçon de démocratie… les choses étaient faites très clairement»,

    Extrait d'un JT de la télévision nationale

    Peut-on entendre de la bouche de certains de ces prétendus observateurs dans les extraits d'une conférence de presse tenue au lendemain de la présidentielle et diffusée àla télévision nationale. La réaction de l'organisation ne s'est pas fait attendre. Mardi dernier, un communiqué publié sur le site de Transparency dénonce cette manœuvre.

    «Les personnes répertoriées dans le reportage n'ont aucune affiliation avec Transparency International», a déclaré Patricia Moreira, directrice générale de l'ONG. «Nous n'avons pas envoyé de mission internationale d'observation des élections au Cameroun. Notre section locale au Cameroun a mis en place un mécanisme de rapport destiné au grand public et a travaillé avec un réseau de citoyens pour signaler les irrégularités éventuelles à la section. Cependant, aucune de ces activités ne fait partie d'une mission d'observation électorale officielle»,renchérit-elle dans ledit communiqué.

    Maître Charles Nguini, le président de l'antenne nationale de cet organisme dénonce une «tentative délibérée d'usurper l'identité de Transparency International». Joint au téléphone ce vendredi matin, le président local de l'organisation insiste.

    «Je ne les connais pas. Je les ai rencontrés pour la première fois mardi dernier à l'hôtel.»

    Il précise avoir fourni à des observateurs une formation à l'utilisation de la plateforme mise en place par l'ONG pour dénoncer des fraudes, sans pour autant leur assigner une quelconque mission. Le représentant local de Transparency International précise aussi «qu'aucune suite judiciaire ne sera donnée à cette affaire pour le moment».

    L'affaire fait désormais scandale au Cameroun, où le déroulement du scrutin est très contesté. Plusieurs acteurs politiques à l'instar du porte-parole du candidat Maurice Kamto a réclamé mercredi l'ouverture d'une enquête pour déterminer l'identité de ces personnes.

    «Une enquête publique doit être ouverte le plus rapidement possible pour savoir qui sont ces faux mandataires de Transparency International, qui sont ceux qui les ont amenés? Qui sont ceux qui ont autorisé cette diffusion? Parce que nous savons qu'ils étaient là pour cautionner les fraudes qui ont lieu en ce moment et sur lesquels on aurait apposé le sceau de Transparency international. Et nous disons bien que nous allons engager des poursuites.»

    Extrait vidéod'une intervention duporte parole de Maurice Kamto

    Les faux observateurs présumés indiquent sur les réseaux sociaux avoir été invités par l'Agence Cameroun Presse, un organe créé en juillet 2018, à trois mois de l'élection présidentielle. Jusqu'à maintenant, aucune voix ne s'est levée sur cette affaire dans le camp du parti au pouvoir.

     

    Lire aussi:

    Ukraine: Transparency étonnée de l'absence d'enquêtes sur le pouvoir
    Des soldats camerounais se filment exécutant des femmes et des enfants (contenu sensible)
    Coupe d’Afrique de foot 2019: Le Cameroun sur la sellette, le Maroc en embuscade
    Tags:
    élection présidentielle, Cameroun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik