International
URL courte
0 213
S'abonner

Telegram est tombé en panne au Proche-Orient, en Afrique et dans certains pays d'Europe, d'après le compte officiel de la messagerie sur Twitter.

Telegram a connu ce soir des dysfonctionnements au Proche-Orient, en Afrique et dans certains pays d'Europe, a annoncé la messagerie sur Twitter.

​«Un de nos serveurs ne marche pas. Cela peut influer sur le Proche-Orient, l'Afrique et certaines parties de l'Europe. Nous œuvrons pour remettre tout le monde en ligne», a indiqué la messagerie.

De nombreux utilisateurs de réseaux sociaux se plaignent de ne pas pouvoir se connecter.

​«Telegram est en panne depuis près de deux heures et j'ai oublié comment communiquer. J'ai l'impression de régresser à l'âge de pierre et de devoir trouver d'autres moyens de me distraire», a indiqué un internaute.

Selon les informations disponibles par le site Downdetector, qui suit les pannes et les déconnexions sur internet, les perturbations ont surtout touché certains habitants de l'Allemagne, de l'Autriche, de l'Espagne, de la Hongrie, de l'Italie, des Pays-Bas, de la Roumanie, du Royaume-Uni, des États-Unis, d'Israël et de l'Égypte.

Telegram Messenger est une application de messagerie sécurisée hébergée sur le cloud, créée en 2013 par les frères Nikolaï et Pavel Dourov. Elle est considérée comme l'une des applications de messagerie grand public les plus sûres. Certaines conversations sur Telegram sont en effet chiffrées de bout en bout, ce qui les rend indéchiffrables par quiconque n'ayant pas le portable de l'émetteur ou du destinataire du message.

Lire aussi:

Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Joe Biden commente la lettre laissée par Donald Trump dans le Bureau ovale
Fiasco du vaccin français: «Nous assistons au dépérissement total de l’industrie française»
François Bayrou amené à se justifier sur une photo de lui sans masque dans un aéroport apparue sur les réseaux
Tags:
panne, Telegram, Proche-Orient, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook