International
URL courte
3311120
S'abonner

Répondant aux accusations d’avoir recouru au phosphore blanc lors de bombardements en Syrie, les autorités militaires US ont affirmé qu’elles agissaient en conformité avec les lois martiales, refusant pourtant de discuter publiquement des types d’armements et de munitions concrets utilisés lors des opérations de la coalition internationale.

Les États-Unis utilisent en Syrie uniquement les armes autorisées par le droit international, a affirmé un porte-parole du Pentagone, interrogé par Sputnik.

Cette déclaration intervient en réponse aux informations diffusées samedi par l'agence syrienne SANA, selon laquelle la coalition internationale dirigée par les États-Unis aurait bombardé au phosphore blanc plusieurs quartiers de la ville de Hadjin située à une centaine de kilomètres de Deir ez-Zor.

«La coalition ne discutera pas publiquement des types d'armements et de munitions concrets [utilisés] dans les opérations menées», a martelé l'interlocuteur de Sputnik.

«Toujours est-il que tout système d'armement à disposition des États-Unis est évalué du point de vue légal (…) par rapport à sa compatibilité avec les lois martiales», a-t-il poursuivi.

Auparavant, le Centre russe pour la réconciliation des parties syriennes avait annoncé que deux F-15 de l'US Air Force avaient largué des bombes au phosphore blanc sur Hadjin le 8 septembre dernier. La coalition avait alors démenti ce rapport.

Les bombes au phosphore blanc sont considérées comme une arme de destruction massive, leur utilisation étant interdite par un protocole additionnel à la Convention de Genève de 1949.

Lire aussi:

Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Quelle a été la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux à la publication de ses vidéos X?
Au Cameroun, les mangeurs de chats et de chiens n’en démordent pas…
Tags:
bombardement, phosphore blanc, coalition anti-Daech, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook