Ecoutez Radio Sputnik
    Un avion d'Air Canada

    1.000 victimes évitées: qu’est-ce qui aurait pu provoquer le pire accident aérien?

    © AP Photo/ Rick Rycroft
    International
    URL courte
    6125

    Le facteur humain a été à l’origine de ce qui aurait pu être «le pire accident de l'histoire de l'aviation», affirment des enquêteurs américains. Des pilotes ayant confondu la piste d’atterrissage et le taxiway, cette catastrophe aurait impliqué cinq avions et fait un millier de morts.

    Les pilotes de l'Airbus A320 d'Air Canada avec 140 personnes ont pris par erreur une piste d'accès, sur laquelle quatre avions de ligne attentaient de pouvoir décoller de San Francisco, pour leur piste d'atterrissage et ont ainsi frôlé la catastrophe. Tel est le résultat d'une enquête de l'agence fédérale américaine chargée de la sécurité des transports (NTSB) sur cet incident qui s'est produit le 7 juillet 2017.

    «Seulement quelques mètres d'écart ont empêché que ça ne devienne sans doute le pire accident de l'histoire de l'aviation», a estimé Bruce Landsberg, président de la NTSB qui a précisé que l'Airbus est descendu à une «altitude minimale d'environ vingt mètres».

    C'est grâce à un contrôleur aérien qui a réorienté l'avion au dernier moment que la catastrophe a été évitée.

    Selon Radio Canada, plus de 1.000 personnes auraient pu être concernées si l'accident avait eu lieu.

    Les enquêteurs ont déterminé que la «cause probable» de cet incident était «la mauvaise identification par l'équipage du vol du taxiway C qu'ils ont pris pour la piste prévue pour l'atterrissage». Le commandant de bord a reconnu avoir confondu la piste 28 et le taxiway.

    Lire aussi:

    De nouveaux clichés montrent comment le «crash du siècle» a été évité à San Francisco
    La plus grave catastrophe aérienne de l’histoire évitée à San Francisco
    Un nouvel avion d'Air Canada frôle la catastrophe à San Francisco
    Tags:
    accident d'avion, avion, aéroport, Air Canada, Canada, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik