Ecoutez Radio Sputnik
    US President Donald Trump

    Donald Trump explique en quoi la Chine est plus dangereuse que la Russie

    © Sputnik . Serguey Guneev
    International
    URL courte
    15642

    Dans une interview accordée à la chaîne CBS, Donald Trump a affirmé que la Chine était un problème plus grave que la Russie dans le dossier portant sur l’ingérence présumée dans l’élection présidentielle aux États-Unis.

    Interviewé par la journaliste de CBS, Lesley Stahl, Donald Trump a accepté les conclusions des agence de renseignement US prétendant que la Russie s'est ingérée dans les élections américaines, tout en soulignant que la Chine présentait à ce sujet un bien plus grand problème.

    «J'accepte les conclusions de nos services de renseignement selon lesquels la Russie a interféré dans l'élection de 2016», avait auparavant indiqué Donald Trump, en insistant sur son «respect» pour ces agences fédérales.

    «La Russie s'y est ingérée. Mais je pense que la Chine s'y est aussi ingérée. (…) Franchement, je pense que la Chine est un plus grand problème», a-t-il néanmoins poursuivi dans cette récente interview. 

    Il s'est également prononcé sur la trace russe présumée dans sa campagne présidentielle: «Pensez-vous vraiment que j'appellerais la Russie pour m'aider à gagner une élection? Ils (les Russes, ndlr) ne pourraient pas du tout m'aider. Appeler la Russie, c'est ridicule.»

    L'enquête sur la présumée ingérence de Moscou dans l'élection présidentielle américaine de 2016 et les prétendus liens entre la campagne de Trump et la Russie est menée par le procureur spécial Robert Mueller et le Congrès américain.

    La Russie a à plusieurs reprises démenti toute ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays ainsi que toutes tentatives d'exercer une influence sur les processus électoraux. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait qualifié de telles allégations d'«absolument infondées».

    Lire aussi:

    Prétendue ingérence russe: Trump assure «croire» le renseignement US
    Noam Chomsky: Moscou n’aurait pas interféré dans la présidentielle US à l’inverse d’Israël
    La Première ministre norvégienne évoque des tentatives d’ingérence dans les élections
    Tags:
    Donald Trump, Chine, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik