Ecoutez Radio Sputnik
    Israël

    Netanyahu menace de recourir à une «force conséquente» pour arrêter les tirs depuis Gaza

    CC0 / edu_castro27
    International
    URL courte
    21321

    Sur fond de tensions grandissantes dans la bande de Gaza, qui ont déjà fait un mort et trois blessés parmi les Palestiniens, Benjamin Netanyahu a menacé d’«arrêter» par la force les attaques depuis le territoire palestinien.

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a averti mercredi que son pays envisageait de mettre fin par la force aux attaques depuis la bande de Gaza si elles ne s'arrêtaient pas.

    «Israël prend avec sérieux l'attaque contre sa barrière aux abords de la frontière avec Gaza, à Bersheva. En ouvrant cette semaine la réunion du gouvernement, je disais que si ces attaques ne s'arrêtent pas, nous les arrêterons», a déclaré Netanyahu lors d'une réunion sur la sécurité dans le sud de l'État hébreu. Et d'ajouter qu'«Israël agira avec une grande force».

    La réunion, qui s'est tenue en présence d'Avigdor Lieberman, le ministre israélien de la Défense, et le chef adjoint de l'état-major israélien, le général Aviv Kochavi, intervient suite aux tirs de roquettes sur Israël par des militants palestiniens à Gaza.

    L'aviation israélienne a mené ce mercredi une série de raids contre le mouvement islamiste Hamas à Gaza, en réponse aux premiers tirs de roquettes depuis des semaines en provenance du territoire palestinien, sur fond de tensions grandissantes.

    Ces hostilités qui ont fait un mort et trois blessés palestiniens ravivent les craintes d'une nouvelle confrontation entre Israël et les groupes armés à Gaza et font redouter l'échec des efforts diplomatiques de l'Onu et de l'Égypte.

    Lire aussi:

    Israël frappe Hamas suite à des tirs de roquettes depuis Gaza
    Israël évalue les risques d'une grande opération à Gaza
    Israël bombarde la bande de Gaza en riposte à un tir de roquette
    Tags:
    force, tensions, Benjamin Netanyahu, Bande de Gaza, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik