Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine participe à la 15e réunion annuelle du Club Valdaï

    Les États-Unis «mettent en doute la fiabilité du dollar»

    © Sputnik . Alexey Druzhinin
    International
    URL courte
    XVe réunion annuelle du Club de discussion Valdaï (10)
    9981

    Vladimir Poutine a commenté jeudi de nombreux dossiers internationaux – du développement d’armes biologiques et du départ des troupes iraniennes de Syrie à la guerre commerciale sino-américaine et à la dédollarisation de l’économie mondiale - lors d’une réunion du club de discussion international Valdaï.

    Si un pays développe des armes biologiques, d'autres pays suivront son exemple, alors qu'il vaut mieux «formuler des règles uniques dans ce domaine sensible», a déclaré jeudi le Président Vladimir Poutine lors de la 15e réunion annuelle du club de discussion international Valdaï à Sotchi, où il a commenté de nombreux dossiers internationaux.

    Développement des armes biologiques

    «Des expériences sur des animaux seraient déjà en cours — des chiens, des rats qui ont un cycle de reproduction assez court […]. Si c'est vrai, cela présente une menace grave. Comme l'écarter? Tout le monde doit comprendre que tout a ses causes et rien ne disparaît. À toute action s'oppose une réaction de force égale, mais de sens contraire. Si quelqu'un prend de telles mesures, il doit comprendre que d'autres le feront aussi. Il vaut mieux s'entendre d'avance sur des règles uniques dans ce domaine extrêmement sensible», a indiqué M.Poutine.

    La politique américaine à l'égard du dollar «est une erreur d'un empire»

    Le Président russe a critiqué la politique des États-Unis à l'égard du dollar.

    «J'ai récemment déclaré que nos amis américains se tirent une balle dans le pied, parce qu'ils mettent en doute la fiabilité du dollar en tant qu'instrument universel des échanges commerciaux. C'est une erreur typique d'un empire», a estimé M.Poutine.

    Il a expliqué qu'un empire «croit toujours qu'il peut commettre des erreurs, subir des dommages, parce que sa puissance est telle que cela ne signifie rien».

    «Mais le nombre des dommages et des petites erreurs ne cesse de croître et il arrive un moment où il est difficile de le contrôler tant dans le domaine de la sécurité que dans l'économie. Nos amis américains ont l'air de mener cette politique. Ils sapent la confiance en dollar en tant qu'instrument de paiement universel. Et tout le monde commence à réfléchir», a poursuivi le Président russe.

    Retrait des forces iraniennes de Syrie

    Selon le Président russe, les pays qui souhaitent que l'Iran retire ses troupes du territoire syrien doivent d'abord garantir qu'ils ne s'immisceront pas dans les affaires de la Syrie.

    «Il faut créer des conditions pour un développement durable en Syrie pour qu'elle puisse renoncer aux services de ses alliés et notamment à ceux de l'Iran. Ceux qui veulent que les forces iraniennes quittent la Syrie doivent offrir des garanties de non-ingérence dans les affaires intérieures de la Syrie», a noté M.Poutine. D'après lui, le départ complet des troupes iraniennes doit faire l'objet d'un dialogue entre l'Iran et la Syrie et l'Iran et les États-Unis.

    «Nous sommes prêts à participer aussi à ces discussions», a-t-il ajouté.

    Sanctions contre la Russie

    Pour le Président russe, rien n'indique que les pays occidentaux ayant adopté les sanctions contre la Russie, puissent les lever dans un avenir proche. D'autre part, ces pays ont de moins en moins de chances de revenir sur le marché russe s'il prolongent les sanctions.

    «Pour ce qui est du fromage, des sanctions et des conséquences si celles-ci sont levées: premièrement, rien n'indique qu'elles puissent être annulées, alors dormez tranquillement. Et deuxièmement, plus cela dure et moins il y a de chances de retourner sur notre marché pour ceux qui l'ont quitté», a déclaré le chef de l'État russe.

    «Nationalisme sain» et 146 millions de partisans

    Lors de la réunion du club Valdaï, Vladimir Poutine a expliqué la différence entre un «nationalisme sauvage» qui ne respecte pas les représentants d'autres nations faisant partie d'un État et un «nationalisme sain» dont il est partisan. Selon lui, les «nationalistes sains» œuvrent pour la préservation du pays.

    À la question du modérateur de la discussion Fedor Loukianov, de savoir s'il est seul à professer ce «nationalisme sain» en Russie et combien d'alliés il avait, M.Poutine a répondu:

    «Oui. Près de 146 millions de personnes».

    La Crimée et son adhésion à la Russie

    Commentant l'adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie, M.Poutine a de nouveau rappelé que c'était une décision exprimée par les habitants de la péninsule lors d'un référendum.

    «La Crimée est à nous… Pourquoi? Ce n'est pas que nous sommes arrivés et avons saisi quelque chose. Mais c'est la démocratie ici. Qu'est que la démocratie? Le pouvoir du peuple. Comment la tester? Au moyen de référendums, d'élections, etc. Des gens se sont rendus aux urnes lors d'un référendum en Crimée et ont voté: nous voulons 1. être indépendants et 2. être au sein de la Fédération de Russie», a expliqué le chef du Kremlin.

    Échange de «frappes» commerciales entre la Chine et les États-Unis

    L'économie mondiale peut pâtir de la guerre commerciale entre Washington et Pékin, a estimé M.Poutine.

    «À l'heure actuelle, l'échange de frappes entre les États-Unis et la Chine coûte environ 500 millions de dollars. Si cela continue, il sera question de 1.000 ou 1.500 milliards de dollars, c'est un chiffre notable, à mon avis — 0,4% de l'économie mondiale. Ce sera une des causes du ralentissement ultérieur de l'économie mondiale, cela aura un impact sur tout le monde et ne profitera à personne», a déclaré le Président russe.

    Vladimir Poutine est intervenu dans le cadre de la 15e édition du club de discussion Valdaï à Sotchi. Institué en septembre 2004, le club de discussion international Valdaï rassemble chaque année des analystes politiques de différents pays et aborde des thèmes dont la discussion permet aux participants étrangers de mieux comprendre la Russie.

    Dossier:
    XVe réunion annuelle du Club de discussion Valdaï (10)

    Lire aussi:

    Prise d’otages en Syrie: Poutine évoque un «ultimatum» des terroristes
    Poutine: la Russie a infligé un énorme préjudice aux terroristes en Syrie
    Trump «imprévisible»? Poutine explique pourquoi
    Tags:
    guerre commerciale, sanctions antirusses, armes biologiques, démocratie, nationalisme, dollar US, référendum, Club de discussion Valdaï, Fedor Loukianov, Vladimir Poutine, Crimée, Iran, Chine, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik