Ecoutez Radio Sputnik
    chrétiens

    Églises fermées en Algérie: les chrétiens de Kabylie feraient une jaunisse des autorités

    © AFP 2018 Ali Al-Saadi
    International
    URL courte
    581226

    Des fidèles de deux églises protestantes en Kabylie ne compteraient pas baisser les bras face à la décision qu’auraient prise les autorités algériennes de fermer leurs lieux de culte.

    Des manifestations seraient menées sous peu par des fidèles de deux églises protestantes dans la région d'Akbou en Kabylie, dans la wilaya de Béjaïa, pour dénoncer la décision qu'auraient prise les autorités du pays de fermer leurs lieux de cultes, a indiqué, le 18 octobre, le site d'information Observ'Algérie, citant un fidèle de l'une des églises mises sous scellés par les forces de l'ordre.

    Selon la source, la gendarmerie nationale aurait fermé, le 17 octobre, l'église Ville de Refuge de la commune d'Ighram. Selon elle, il s'agit d'«une fermeture abusive malgré le cadre légal de l'église et l'agrément accordé l'année passée par la même administration ayant ordonné la fermeture».

    Le deuxième lieu de culte protestant qui aurait été mis sous scellés, il y a quelques jours, par les autorités algériennes pour des motifs, selon la même source, «flous et sans fondements», serait l'église du village du Colonel Amirouche (ex-Riki). Les fidèles compteraient mener des manifestations en s'adressant au wali, selon l'interlocuteur d'Observ'Algérie.

    Cinq chrétiens, adeptes de l'église protestante, dont trois d'une même famille devraient comparaître le 6 novembre devant tribunal de la ville de Bouira, pour avoir enfreint la loi relative à l'organisation du culte non-musulman dans le pays, selon le site World Watch Monitor qui a rapporté l'information.

    Réagissant à des informations diffusées par des organisations non gouvernementales (ONG) faisant état de manquements par les autorités algériennes à la liberté de culte, monseigneur Paul Desfarges, l'archevêque d'Alger, a déclaré le 20 juin dans un entretien accordé à l'Algérie Presse Service (APS), que «la liberté de culte est garantie et assurée par la loi en vigueur dans le pays».

    Concernant les informations d'atteinte à la liberté de conscience et de culte en Algérie que des ONG ont dernièrement rapportées évoquant la fermeture de certains lieux de culte et d'églises par les autorités algériennes, l'archevêque d'Alger a souligné que «cela concerne l'Église protestante évangélique et non l'Église catholique».

    Mgr Desfarges a ajouté que les adeptes de l'Église protestante d'Algérie pratiquent leur culte «dans des lieux aménagés (salles ou habitations) en église», tout en soulignant que le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs «est disponible à trouver une solution à ce problème» car les autorités algériennes «ne veulent pas que cette situation persiste».

    Pour rappel, la loi de 2006 fixant les conditions et règles d'exercice des cultes autres que musulmans, interdit tout exercice du culte dans des lieux non destinés à cet effet. La même loi précise que les édifices destinés à l'exercice du culte sont soumis au recensement par l'État qui assure leur protection.

    Lire aussi:

    Algérie: les autorités s’opposeraient à la conversion des enfants au christianisme
    Les quatre chrétiens accusés en Algérie seront fixés sur leur sort à Noël
    Fermeture de lieux de culte: l’Église protestante d’Algérie dénonce un «acharnement»
    Tags:
    catholique, fermeture, protestantisme, église, protestations, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik