Ecoutez Radio Sputnik
    Le calendrier de Vladimir Lénine au Kremlin

    Guerres, péripéties politiques, crises financières: chaque jour de la semaine est-il noir?

    © Sputnik . Boris Prikhodko
    International
    URL courte
    Irina Dmitrieva
    280

    Le 19 octobre est l’anniversaire du Lundi noir aux États-Unis. L’Histoire compte de nombreux événements sombres et aucun jour de la semaine n’a été épargné, mais la couleur noire ne signifie pas toujours des incidents tragiques, elle annonce parfois des fêtes. Voici les jours noirs les plus marquants dans l’Histoire.

    Certains jours de l’Histoire sont surnommés «noirs», surtout en raison des crises financières, catastrophes naturelles ou d’autres événements malheureux. L’humanité a connu assez de crises pour que chaque jour de la semaine devienne noir une ou plusieurs fois. Mais il y a aussi des jours noirs qui n’ont rien de tragique. Petite étude des nuances de noir avec Sputnik.

    Lundis noirs

    Crise de 1987

    Il y a 31 ans, le 19 octobre 1987, l’indice Dow Jones de la Bourse de New York connaissait une chute record (-22,6%) ce qui constitue la seconde plus importante baisse jamais enregistrée en un jour sur un marché d'actions.

    La Bourse de New York
    CC0 / Pixabay/kleinesonne
    La Bourse de New York

    Cet événement s’est répercuté sur le monde entier. En octobre 1987, les bourses d’Australie ont perdu 41,8%, celles du Canada 22,5%, de Hong Kong 45,8% et du Royaume-Uni 26,4%.

    Cette journée a été surnommée «lundi noir» (Black Monday), devenant le deuxième «lundi noir» après 1929, l’année qui a généré plusieurs jours noirs, de jeudi à mardi, pendant le krach boursier de Wall Street.

    Crise de 1929

    Des Argentins brûlent leur récolte de café pendant la Grande Dépression de 1929-1933
    © Sputnik .
    Des Argentins brûlent leur récolte de café pendant la Grande Dépression de 1929-1933

    En octobre 1929, des millions d’Américains étaient pris de panique. Une chute vertigineuse des actions a marqué le début de la Grande Dépression qui a duré une décennie.

    9,25 millions de titres ont été échangés. L'indice Dow Jones a perdu 13%, un record qui n’a été battu que lors du krach d'octobre 1987. Des millions de gens ont tout perdu. C’était un vrai choc pour de nombreux habitants des États-Unis où le niveau de vie était en hausse depuis des années.

    Crise boursière russe de 1998

    Il y a eu un autre «lundi noir», cette fois en Russie. Le 17 août 1998, les autorités ont annoncé un défaut de paiement sur la dette publique.

    Le Marché des changes interbancaires de Moscou en 1993
    © Sputnik . Boris Prikhodko
    Le Marché des changes interbancaires de Moscou en 1993

    Les informations boursières rappelaient des dépêches venant d’un champ de bataille. Les gens étaient pris de panique et couraient pour trouver un bureau d’échange où ils pourraient vendre leurs roubles et recevoir des dollars à un taux plus avantageux. La crise a entraîné une dévaluation du rouble, mais elle a aussi forcé le gouvernement à dévaluer le rouble, permettant ainsi à l’industrie de redevenir compétitive.

    Mardis noirs

    Krach de 1929

    Mardi est pour la première fois devenu «noir» en 1929. Cette journée était la quatrième et la plus tragique journée du krach boursier de Wall Street.

    L'Americain Union Bank de New York pendant la Grande Dépression
    © Photo. Public Domain
    L'Americain Union Bank de New York pendant la Grande Dépression

    Crises du change de 1994 et 2014 en Russie

    La Bourse de New York a fait face à une véritable panique: 16 millions d’actions ont été mises en vente. Les actions des producteurs d’acier et d’automobiles ont perdu 90% de leur valeur et la moitié des travailleurs dans ces secteurs ont été limogés.

    La réputation de mardi comme une mauvaise journée pour l’économie s’est renforcée le 11 octobre 1994, quand le rouble a sensiblement baissé par rapport au dollar. Le rouble a regagné sa valeur le lendemain.

    Un autre «mardi noir» en Russie a eu lieu le 16 décembre 2014. Les Russes n’en croyaient pas leurs yeux, il semblait que le rouble ne soit jamais capable de remonter par rapport au dollar et à l’euro après cette chute. D’ailleurs, la situation s’est améliorée les jours suivants.

    Mercredis noirs

    Accords de Munich

    Mercredi est devenu une «journée noire» le 30 septembre 1938, quand l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie représentés respectivement par Adolf Hitler, Édouard Daladier, Neville Chamberlain et Benito Mussolini (qui s'était commis en intermédiaire) ont signé des accords à Munich.

    Appelés à régler la crise des Sudètes, ces accords ont indirectement scellé la mort de la Tchécoslovaquie en tant qu'État indépendant, en permettant à Hitler d'annexer les régions tchécoslovaques peuplées d'Allemands.

    Chute de la livre sterling

    Le 16 septembre 1992 a été une nouvelle occasion de parler d’un «mercredi noir», après la chute importante de la livre au Royaume-Uni.

    La crise a obligé les autorités britanniques à sortir du Système Monétaire Européen (SME) et à dévaluer la monnaie nationale.

    La veille de Thanksgiving

    Mais il y a aussi des mercredis moins tragiques, quoique laborieux et tendus. La veille de Thanksgiving est surnommée «mercredi noir» par les compagnies de transport et la police routière aux États-Unis et au Canada pour de bonnes raisons: c’est l’heure de pointe dans les aéroports et sur les routes. Des milliers de personnes se déplacent pour célébrer leur fête en famille.

    Jeudis noirs

    Crises financières

    Le jeudi 24 octobre 1929 était la première journée de la crise boursière mondiale à New York. À la fin du XXe siècle, le jeudi 24 août 1995, le marché des crédits interbancaires s’est effondré à Moscou, entraînant la banqueroute de nombreuses banques commerciales et une panique parmi leurs clients.

    Mais outre ces crises financières, cette «journée noire» de la semaine est une occasion de se rappeler deux guerres.

    Défaites aériennes cuisantes

    Le 15 août 1940, la Royal Air Force britannique a infligé des pertes sévères à la Luftwaffe allemande au tout début de la bataille d'Angleterre. Le 15 août étant un jeudi, il a été appelé «Jeudi noir» par la Luftwaffe.

    Le 12 avril 1951, est un autre «Jeudi noir» pour l’aviation, cette fois américaine, engagée dans la guerre de Corée. Ce jour-là, des chasseurs MiG-15 soviétiques ont abattu 14 bombardiers B-29 qui devaient attaquer l’aérodrome coréen de Namsi.

    Vendredis noirs

    Scandale Fisk-Gould

    Le premier «vendredi noir» aurait eu lieu dès le XIXe siècle. Le 24 septembre 1869, un spectaculaire effondrement du marché de l'or a été enregistré à la Bourse de New York.

    Un tableau de 1869 montrant la chute du prix de l'or
    © Photo. Public domain/James A. Garfield
    Un tableau de 1869 montrant la chute du prix de l'or

    Cette crise a fait suite à une manipulation du marché par les financiers Jay Gould et James Fisk, responsables du chemin de fer Erie Railroad. Ils ont acheté beaucoup d’or pour provoquer la hausse des prix du blé et par la suite, celle des tarifs ferroviaires. Le prix de l’or a augmenté de 65%. Pour stabiliser la situation, le département du Trésor a encore injecté de l’or sur le marché et le taux s’est effondré de 30%.

    Black Friday

    Les scandales ne sont pas la seule occasion pour rendre un vendredi «noir». Le «Vendredi noir» (parfois traduit aussi de l’anglais par «vendredi fou») marque traditionnellement le coup d’envoi de la période des achats de fin d’année aux États-Unis et au Canada.

    Une foule rassemblée devant un magasin de New York le jour de Black Friday
    Une foule rassemblée devant un magasin de New York le jour de Black Friday

    Cette fête du commerce se déroule le lendemain du repas de Thanksgiving. De nombreux magasins proposent des soldes importantes.

    Samedis noirs

    Crise des missiles de Cuba

    Le plus célèbre «samedi noir» est celui qui a marqué la phase la plus tendue de la crise des missiles de Cuba. Le samedi 27 octobre 1962, le monde se trouvait au seuil d’un conflit nucléaire qui risquait d’éclater au milieu de la guerre froide.

    Une carte de l'hémisphère ouest montrant la portée des missiles soviétiques installés à Cuba
    © Photo. Domaine public/CIA
    Une carte de l'hémisphère ouest montrant la portée des missiles soviétiques installés à Cuba

    Les missiles soviétiques déployés à Cuba après le déploiement par les États-Unis d’armes nucléaires en Turquie en 1961 ont fait monter la tension d’un cran entre Moscou et Washington. Les conseillers du Président Kennedy le persuadaient d’envoyer des troupes à Cuba et le locataire de la Maison-Blanche a décidé de le faire le lundi 29 octobre. Heureusement, la crise a été résolue. L’URSS et les États-Unis ont lancé des négociations et reconnu la nécessité d’un dialogue permanent.

    «Samedis noirs» soviétiques

    En URSS, on appelait «noirs» les samedis ouvrables à cause de l’encre noire qui marque les jours ouvrables sur les calendriers. En 1965, les autorités soviétiques ont décidé de renoncer à la semaine de travail de six jours au profit de la semaine de cinq jours avec deux jours de congé. Mais cela a réduit le nombre d’heures de travail par an. Pour combler cette lacune, des entreprises ont demandé à leurs travailleurs de travailler des samedis, qui ont ainsi été surnommés «noirs».

    Dimanches noirs

    Dust Bowl

    Le 14 avril 1935 est un autre «jour noir» de l’Histoire des États-Unis et du Canada, cette fois en raison de la poussière qui a complètement caché le Soleil. C’était la journée la plus dure des tempêtes de poussière qui se sont abattues sur les prairies pendant les années 1930.

    Les pâturages et les champs étaient couverts de poussière, l’eau n’était plus potable. Selon les médias, des milliers de personnes ont attrapé une pneumonie, des millions de personnes ont dû quitter leurs foyers et migrer vers d’autres régions. La période des tempêtes a duré six ans. Ces calamités ont coïncidé avec la Grande Dépression aux États-Unis.

    Bombardement de Stalingrad

    Il y a aussi eu un «dimanche noir» dans l’Histoire russe. Le 23 août 1942, la Luftwaffe nazie a commencé à bombarder Stalingrad, provoquant un incendie géant qui a détruit la partie centrale de la ville.

    La ville de Stalingrad pendant la Seconde Guerre mondiale
    © Sputnik .
    La ville de Stalingrad pendant la Seconde Guerre mondiale

    Des centaines d’avions arrivaient par vagues successives. De puissantes explosions éclataient à 10 ou 30 secondes d’intervalle. Seuls 100.000 des 400.000 habitants de la ville avaient eu le temps de quitter la ville avant ce bombardement. Plus de 40.000 personnes ont été tuées.

    L’Histoire montre que chaque jour de la semaine a des hauts et des bas et parfois il peut devenir «noir» pour des raisons dramatiques. Mais l’encre noire peut aussi marquer des événements positifs et être un signe de croissance et l’Homme n’a qu’à espérer qu’un jour elle ne servira qu’à cette fin.

    Lire aussi:

    Des chercheurs ont découvert un endroit permettant à l'homme de devenir immortel
    La Défense russe dément l'information sur l'interception de Su-24 par la Royal Air Force
    «Une découverte émouvante» au centre de notre galaxie
    Tags:
    accords de Munich (1938), tempête de poussière, jour noir, bombardement, krach financier, jours fériés, calendrier, défaite, livre sterling, crise financière, rouble, dollar US, Black Friday, Thanksgiving, guerre de Corée (1950-1953), Seconde Guerre mondiale, Bourse de Moscou, Bourse de New York, Neville Chamberlain, Edouard Daladier, Benito Mussolini, Adolf Hitler, Stalingrad, URSS, Canada, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik