Ecoutez Radio Sputnik
    Conseil de sécurité de l'Onu

    Damas saisit l'Onu après le meurtre de civils dans des frappes de la coalition

    UN Photo / Rick Bajornas / Fotos Públicas
    International
    URL courte
    12590

    Dans une lettre adressée à l'Onu, la partie syrienne a accusé les pays membres de la coalition antiterroriste opérant en Syrie de violations du droit international, rapporte l'agence SANA.

    Le ministère syrien des Affaires étrangères a accusé les pays de la coalition anti-Daech* d'avoir violé le droit international après les rapports faisant état de plus de 60 victimes civiles dans les récentes frappes de la coalition sur la province de Deir ez-Zor.

    Plus tôt dans la journée, l'agence SANA a fait savoir que les raids aériens réalisés par la coalition internationale dans la région de Deir ez-Zor en Syrie avaient fait 62 morts et des dizaines de blessés parmi la population civile.

    «Le crime commis par la coalition témoigne une fois de plus de la négligence de ses membres à l'égard du droit international et de l'absence de toute valeur morale», indique la diplomatie syrienne dans une lettre envoyée au secrétaire général des Nations unies suite à l'attaque.

    Le ministère a demandé de mener une enquête indépendante et transparente sur la mort des civils, ainsi que de prendre des mesures pour prévenir la répétition de tels incidents à l'avenir.

    «Ce crime horrible a de nouveau démontré au monde entier que les États-Unis […] visent à tuer le plus de Syriens possible», souligne le ministère.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Donald Trump: la Marine US a abattu un drone iranien dans le détroit d'Ormuz
    Un hôtel UK s’est effondré à cause d'un important incendie – images
    Un avion fait un amerrissage d’urgence devant des vacanciers abasourdis aux USA – vidéo
    Tags:
    meurtre de civils, crise syrienne, civils, enquête, frappe aérienne, Daech, coalition anti-Daech, ONU, Deir ez-Zor, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik