Ecoutez Radio Sputnik
    Alaska

    Des conséquences du réchauffement climatique signalées en Alaska

    © Sputnik . Tatiana Lukianova
    International
    URL courte
    5127

    La présence d’eau de mer anormalement chaude dans la partie nord-est du Pacifique liée au réchauffement climatique pourrait avoir des conséquences désastreuses pour l’Alaska et d’autres régions des États-Unis, selon Science Alert.

    Les chercheurs ont enregistré le retour d'une eau de mer anormalement chaude dans le nord-est du Pacifique qu'ils appellent le blob et qui est causé par le réchauffement climatique. Ce phénomène pourrait avoir un impact sur les conditions climatiques en Alaska et dans d'autres régions des États-Unis, a annoncé le média Science Alert.

    Le blob a été signalé pour la première fois en 2013. En 2014 et en 2015 le phénomène a gagné en ampleur. Les scientifiques l'ont expliqué par des sécheresses durables en Californie et des records de température à Seattle en 2015.

    Les chercheurs expliquent l'apparition d'une zone d'eau anormalement chaude dans l'océan par les températures peu ordinaires pour cette saison en Alaska. Cet automne, la haute pression atmosphérique a formé un dôme d'air chaud au-dessus de l'État.

    Selon les prévisions météo, le blob se maintiendra au moins jusqu'à la fin du mois d'octobre avant de commencer à reculer. Cette année l'arrivée du froid automnale dans le sud et le sud-est de l'Alaska est en retard de quatre semaines.

    Cependant les scientifiques ne peuvent pas dire avec certitude si le blob va perdurer ou s'affaiblir. S'il réussit à résister à l'hiver, ses conséquences pour la zone située au-dessous du 48e parallèle pourraient être dramatiques.

    Lire aussi:

    La science prédit l’arrivée de sécheresses catastrophiques
    Requins blancs au Canada, manque de sommeil: qu’attendre du réchauffement climatique?
    Pourquoi le temps était si mauvais cette semaine dans le monde entier
    Tags:
    conséquences, réchauffement climatique, Alaska
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik