Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Traité FNI: Trump lance une nouvelle course aux armements, selon Damas

    © AP Photo / Andrew Harnik
    International
    URL courte
    Traité FNI (128)
    7115

    Le retrait américain du traité FNI voulu par le Président Trump sera lourd de conséquences dangereuses, prévient le vice-ministre syrien des Affaires étrangères.

    L'éventuelle sortie des États-Unis du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire entraînera une nouvelle course aux armements, a estimé le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Faisal Mekdad.

    «Trump lance aujourd'hui une nouvelle course aux armements qui menace la paix et la sécurité non seulement des USA et de la Russie, mais aussi et surtout des pays européens», a déclaré le responsable.

    Il a ainsi accusé d'«hypocrisie» le dirigeant américain qui «assure de manière quotidienne travailler pour la sécurité de son peuple et pour ses intérêts».

    Donald Trump avait annoncé samedi que les États-Unis prévoyaient de sortir du traité FNI (Intermediate Nuclear Forces Treaty) sur les armes nucléaires de portée intermédiaire, signé en 1987 entre Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan. Le document en question abolissait l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5.500 kilomètres.

    Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a qualifié cette décision de «pas très dangereux» qui «ne sera pas compris par la communauté internationale» et devra susciter «de sérieuses condamnations».

    Dossier:
    Traité FNI (128)

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, selon AP
    Interpellation d’un preneur d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe
    La Chine poursuit son offensive dans les Balkans et fait trembler Bruxelles
    Tags:
    missiles, Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), sécurité, Faisal Mekdad, Sergueï Riabkov, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik