International
URL courte
4220
S'abonner

Commentant l'afflux de terroristes étrangers en Syrie, dont le nombre est évalué par l'Onu et le ministère russe de la Défense à quelque 25.000 - 30.000 personnes, le mufti d’Alep a souligné que cette idéologie destructrice n'était le fruit ni d'un État, ni d'une religion, mais uniquement de l'homme.

Dans son rapport publié en juillet 2017, le Bureau de lutte contre le terrorisme de l’Onu estimait qu’entre mars 2011, date de l’éclatement du conflit en Syrie, et septembre 2016, près de 25.000 terroristes étrangers, issus de plus de 100 pays, étaient partis combattre en Syrie. Les évaluations antérieures données par le ministère russe de la Défense parlaient de 25.000 et 30.000 terroristes étrangers luttant dans les rangs de Daech*. En dépit de ces statistiques, le mufti d’Alep Mahmoud Akkam est réticent à désigner les pays responsables de l’exportation du fléau terroriste vers la Syrie.

Le mufti d'Alep Mahmoud Akkam
© Sputnik . Flora Moussa
Le mufti d'Alep Mahmoud Akkam

«Le terrorisme n’a ni patrie, ni religion, ni État. C’est une idéologie et je ne peux pas dire qu’elle est venue [en Syrie, ndlr] des États-Unis ou, par exemple, de Palestine. […] Le terrorisme s’est formé à l’intérieur de l’individu lui-même qui a emprunté la voie de l’inhumanité. Un homme pareil vit dans les ténèbres et se laisse guider par l’injustice, tel un animal. Ainsi nous ne pouvons pas dire que nous devons mener la lutte contre tel ou tel pays. Nous devons affronter l’idéologie du terrorisme partout où elle se répand et dans chaque individu qu’elle abuse», a-t-il souligné dans son commentaire à Sputnik.

Interrogé sur les initiatives conjointes visant à contrer le fléau terroriste, le mufti Mahmoud Akkam répond que ce tel travail est mené à la fois par les hommes politiques, l’armée et les penseurs.

«En notre qualité de penseurs, nous controns l’extrémisme, le nazisme et le radicalisme et œuvrons au nom de l’homme et de l’humanité pour prouver que l’individu est le plus important dans ce monde», a-t-il ajouté.

Grande Mosquée d'Alep
© Sputnik . Ekaterina Yanson
Grande Mosquée d'Alep

Il considère que les traces laissées à Alep par les terroristes sont dissuasives en soi. Selon lui, la vue de la partie de cette ville dévastée traduit mieux que tous les mots les conséquences des actions des terroristes. «La destruction des biens [de la population, ndlr], telles sont leurs séquelles. Ceux qui les ont provoquées peuvent-ils diriger un pays?».

* Daech est une organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Le Kremlin réagit après les piques de Kadyrov contre Macron
La Turquie promet une riposte après la caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
Emmanuel Macron annonce la réintroduction du confinement en France métropolitaine
Armés de marteaux et de couteaux, des militants turcs et arméniens s’affrontent sur l'A7 - images
Tags:
mufti, idéologie, biens étrangers, fléau, destruction, danger, mercenaires, terrorisme, Mahmoud Akkam, Alep, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook