International
URL courte
6213
S'abonner

Le Président américain a trouvé une explication à sa faible cote de popularité à travers le monde. Selon lui, la raison est qu’il impose «un haut prix» aux partenaires des États-Unis.

Donald Trump estime que les autres pays, notamment européens, ne l'aiment pas parce qu'il les fait «payer».

«Les médias de fausses informations ont déclaré que ma récente côte de popularité dans d'autres pays du monde, dont l'Union européenne, est très basse. Bien sûr, elle est très basse puisque pour la première fois depuis 50 ans je les fais payer un haut prix afin de mener des affaires avec les États-Unis. Pourquoi devraient-ils m'aimer? Mais je les aime toujours», a-t-il écrit lundi sur son compte Twitter.

​En mars dernier, la Maison-Blanche a imposé des tarifs douaniers supplémentaires à hauteur de 25% et 10% sur les importations d'acier et d'aluminium, en exemptant de manière permanente l'Argentine, le Brésil et l'Australie notamment, en l'échange toutefois de quotas.

Le 25 juillet, Jean-Claude Juncker s'était rendu aux États-Unis afin de rencontrer le Président américain. À l'issue de négociations, ils avaient annoncé une série de mesures sur l'agriculture, l'industrie et l'énergie pour apaiser le conflit commercial qui déchire les États-Unis et l'Union européenne.

Donald Trump avait promis de «résoudre» la question de l'augmentation des tarifs douaniers américains de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium européens. Ce sont précisément ces taxes, appliquées depuis le 1er juin, qui ont mis le feu aux poudres entre Washington et Bruxelles. Il n'a cependant pas indiqué si cela signifiait que son administration avait l'intention de suspendre ces taxes.

Pourquoi le monde entier déteste-t-il Trump?
© Sputnik
Pourquoi le monde entier déteste-t-il Trump?

Lire aussi:

La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Tags:
États-Unis, Donald Trump, Union européenne (UE), acier, guerre commerciale
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook