Ecoutez Radio Sputnik
    Le Nouvel an berbère à Moscou, le 13 janvier 2018

    Tamazight vs arabe: l’école algérienne est-elle prisonnière des clivages idéologiques?

    © Sputnik . Diana Saifullina
    International
    URL courte
    25126

    Des élèves de lycées et de collèges dans la région de Kabylie, en Algérie, ont décidé de boycotter l’enseignement de la langue arabe en réponse à la volonté de certains lycéens, dans d’autres régions du pays, de refuser l’enseignement de la langue berbère, le tamazight.

    «Journée sans langue arabe ni à l'école ni dans l'administration». C'est le mot d'ordre du mouvement de boycott de l'enseignement de la langue arabe lancé depuis le 14 octobre par certains lycées de la région de Kabylie, dans la wilaya de Tizi Ouzou, en réponse à un mouvement similaire dans la région de Jijel, à l'Est du pays, dont les lycéens ont refusé d'étudier la langue berbère, le tamazight.

    Les lycéens de Beni Zmenzer sont les premiers à avoir refusé d'assister aux cours de la langue arabe. Ils ont été suivi ensuite par les élèves du lycée Abderrahmane El-Illouli de Larbaâ Nath Irathen qui ont brandi des pancartes où on pouvait lire: «refusez le tamazight, nous refuserons l'arabe!». Quelques jours plus tard, c'était le tour du lycée Khouas Ahcène, aux Ouadhias, de rejoindre le mouvement, clamant: «ma ulach tamazight, ulach, ulach, ulach [s'il n'y a pas le tamazight, il n'y aura rien d'autre, ndlr]». Le mouvement prend de plus en plus d'ampleur en atteignant certains collèges de la région.

    Bien que reconnue, depuis février 2016, par la constitution algérienne comme une langue nationale et officielle, l'enseignement de la langue berbère est toujours un sujet polémique dans le pays.

    Invité à s'exprimer sur les causes de ce mouvement de boycott de la langue arabe dans certains lycées de Kabylie, Moussa Tertag, expert en communication, avait déclaré le 17 octobre au site d'information Algeriepatriotique que:

    «quand l'État ferme les yeux devant les dérives d'une députée [Naïma Salhi, ndlr] qui appelle ouvertement à boycotter l'enseignement d'une langue nationale et officielle inscrite dans la Constitution, et lorsqu'il ferme les yeux sur des commentaires sur les réseaux sociaux qui dénigrent ouvertement toute une région, il faut s'attendre à tous les glissements et à toutes les dérives.» «Le problème n'est jamais dans la jeunesse de Kabylie qui a accepté des décennies durant d'étudier l'arabe, mais dans ces jeunes d'autres régions qui refusent en parallèle d'étudier le tamazight», a-t-il encore ajouté.

    Tout en avertissant contre le risque de voir la situation s'aggraver si les autorités algériennes n'accéléraient pas la mise en place de l'Académie algérienne de la langue amazighe prévue dans la Constitution, le spécialiste a souligné que «ces jeunes veulent dire une chose: ou nous sommes égaux et nous existons tous ensemble pour le meilleur et pour le pire, ou chacun va de son côté», en soutenant que la Kabylie en avait assez de courber à chaque fois l'échine et de recevoir tous les coups pour sauvegarder l'unité nationale.

    Pour rappel, Naïma Salhi, la présidente du Parti de l'équité et de la proclamation, avait déclaré dans une vidéo publiée, en février 2018, sur son compte Facebook qu'«une langue qui n'en est pas une [la langue tamazight, ndlr], qui n'est pas porteuse de sciences et qu'on ne comprend pas à l'extérieur ne va pas nous servir. Qu'est-ce qu'on fera avec?».

    Conformément aux dispositions de la constitution de 2016 en Algérie, la ministre de l'Éducation nationale Nouria Benghebrit avait confirmé, en février dernier, la généralisation de l'enseignement de la langue berbère dans l'ensemble des établissements scolaires publics du pays, pour la rentrée 2018-2019.

    Lire aussi:

    L’arabe vs le berbère en Algérie: Alger fait une annonce qui pourrait clore le débat
    Arabe vs berbère en Algérie: le ministère de l’Éducation remet les compteurs à zéro
    «Ma fille, tu dis un mot en kabyle je te tue», la dérive de trop d’une députée algérienne
    Tags:
    langue arabe, Berbères, tamazight, boycott, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik