Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    S-400 pour l'Inde: Moscou et New Delhi se passeraient du dollar

    © Sputnik . Igor Zarembo
    International
    URL courte
    14881

    Les systèmes de missiles sol-air russes S-400 achetés par New Delhi ne seront pas réglés en dollars américains, mais en roupies, selon un haut responsable russe.

    L'Inde se passera des dollars pour régler à la Russie l'achat des systèmes de missiles sol-air S-400, a déclaré aux journalistes le président de l'agence russe Rosoboronexport, Alexandre Mikheev.

    «Nous sommes passés au schéma de règlements en devises nationales: la roupie indienne — le rouble», a indiqué le responsable.

    Selon lui, la transaction prévoit une participation de banques russes et indiennes.

    Le 5 octobre dernier, le Président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre indien Narendra Modi ont signé un contrat de 5,4 milliards de dollars prévoyant la livraison de cinq régiments de S-400 Triumph à l'Inde. Les négociations pour l'achat de ces systèmes antiaériens russes étaient en cours depuis de nombreux mois, en dépit des menaces de sanctions américaines en cas de conclusion d'un accord.

    Donald Trump a déclaré le 10 octobre que l'Inde allait «bientôt connaître» sa réponse à la signature de ce contrat.

    Précédemment, l'Inde avait indiqué que les sanctions imposées par les États-Unis ne l'empêcheraient pas de commercer avec la Russie. Le ministre indien de la Défense, Nirmala Sitharaman, avait rappelé que la loi sur les sanctions contre les adversaires de l'Amérique (CAATSA) était une «loi américaine» et non celle «des Nations unies», promettant que l'Inde irait de l'avant dans cet accord sur les S-400.

    Lire aussi:

    S-400 pour l’Inde: les sanctions américaines «rapprocheront l’Inde de la Russie»
    L'Inde et la Russie signent un contrat de 5,4 milliards USD pour la livraison de S-400
    L’Inde achète des S-400 russes en roubles
    Tags:
    rouble, Rosoboronexport, Alexandre Mikheïev, Inde, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik