Ecoutez Radio Sputnik
    Eglise dans la ville chrétienne de Mharde, au nord de Hama

    La Syrie bientôt vidée des chrétiens? SOS Chrétiens d’Orient fait le point sur leur exode

    © Sputnik . Mikhail Voskresenskiy
    International
    URL courte
    Ekaterina Yanson
    18351

    Alexandre Goodarzy, responsable de SOS Chrétiens d'Orient à Damas, lutte pour un avenir plus radieux pour les chrétiens syriens «affaiblis plus que jamais». Au micro de Sputnik, il évoque leur exode de Syrie, ainsi que les tentatives des pays occidentaux pour l'encourager, les risques qu'il présente et les initiatives pour l'endiguer.

    Il a découvert la Syrie avant la guerre et l'a retrouvée, en partie détruite, à Noël 2014 en tant que volontaire de SOS Chrétiens d'Orient, organisation caritative française. En 2015, Alexandre Goodarzy a ouvert une mission en Syrie et peut donc répondre d'une manière exhaustive à la question de savoir quel est l'état des choses actuel pour les chrétiens de Syrie?

    «Aujourd'hui, les Chrétiens sont plus affaiblis que jamais. Leur nombre a été divisé de moitié», constate-t-il dans un entretien accordé à Sputnik.

    Si avant la guerre, «à peu près deux millions» de chrétiens vivaient en Syrie, M.Goodarzy pense qu'environ un million d'entre eux ont quitté le pays depuis 2011. Selon certaines estimations pour l'année 2016, ils seraient 825.000 à être partis.

    Leur exode s'est produit alors qu'une grande migration se déroulait à l'intérieur du pays lui-même: des habitants de Qamishli ou d'Alep partaient se réfugier à Lattaquié, ceux de Homs sont allés dans la Vallée des chrétiens, qui se trouve près de la frontière libanaise. Certains sont venus à Damas et ceux de Damas sont partis à Beyrouth…

    La population de quartiers jadis identifiés comme chrétiens a changé, se souvient M.Goodarzy, des musulmans venant s'y installer.

    D'autres villes chrétiennes, dont la position géographique est souvent stratégique, ont résisté avec courage: Sednaya était un verrou de sécurité pour Damas, Sadad pour l'axe routier Damas-Homs, Mharde et Sqelbiye pour Hama.

    L'évolution du sentiment de sécurité

    Les chrétiens syriens ne se sentent-ils pas en sécurité en Syrie? Ici, les avis sont partagés: «Beaucoup d'entre eux se sentent en sécurité avec leur gouvernement, seul rempart légitime pour lutter contre l'horreur takfiriste. Ils savent que leur sort ne serait pas différent de celui des chrétiens d'Irak si le gouvernement syrien venait à tomber», précise-t-il.

    «D'autres ne se sentent plus désirés dans un pays déchiré entre les rivalités opposants les sunnites et les chiites (ou l'Arabie saoudite et l'Iran)». Ayant vécu beaucoup de trahisons de la part des musulmans, la communauté chrétienne éprouve de la rancœur, de la méfiance, mais «le pardon et l'oubli sont difficiles, voire impossible. La réconciliation nationale existe entre l'État et des terroristes repentis, mais pour la population, c'est plus compliqué à accepter».

    D'autres représentants des communautés chrétiennes sentent plutôt que sept années et demie de guerre «n'ont rien changé dans le pays et que la Syrie s'annonce plus dure, strict qu'avant la crise, affirme M.Goodarzy.

    Enfin, un mouvement de retour des réfugiés est aujourd'hui perceptible: «il y a des gens de Beyrouth qui reviennent, qui reviennent à Tartous pour pouvoir revenir plus tard à Alep».

    • Lors d'un service dans une église à Homs
      Lors d'un service dans une église à Homs
      © Sputnik . Iliya Pitalev
    • Grande mosquée d'Alep
      Grande mosquée d'Alep
      © Sputnik . Flora Moussa
    • Grande mosquée d'Alep
      Grande mosquée d'Alep
      © Sputnik . Ekaterina Yanson
    1 / 3
    © Sputnik . Iliya Pitalev
    Lors d'un service dans une église à Homs

    Les raisons de partir et de rentrer

    «La jeunesse chrétienne a quitté le pays par peur d'être appelée au service militaire ou à cause de la faible économie résultant de la guerre. Ils ont des diplômes, mais ne trouvent pas de travail», explique le chef de la mission syrienne de SOS Chrétiens d'Orient.

    Quant aux plus âgés, il y a une chance qu'ils reviennent «parce que leur pays leur manquera, ils n'arriveront pas à s'acclimater à la culture occidentale». Encourager le retour des jeunes, qui voient plus de possibilités à l'étranger et trouvent l'avenir «incertain» en Syrie, est, au contraire, une tâche plus difficile.

    «C'est surtout le rôle des églises qui ont encore des contacts avec leurs anciens paroissiens qui peuvent le faire et qui en ont la légitimité. En revanche, nous participons aux côtés de Monseigneur Jeanbart, archevêque melkite d'Alep, à l'encouragement des naissances. Nous apportons une aide financière à chaque naissance à Alep pour les jeunes couples récemment mariés», raconte M.Goodarzy.

    En cela, il n'y a pas de besoin d'intégrer les chrétiens dans la société syrienne, ajoute-t-il, parce qu'ils forment la base de la société: les chrétiens «sont les premiers Syriens, ce sont les Syriens depuis les origines. La plupart des musulmans qui sont en Syrie, ce sont des chrétiens syriens pour beaucoup qui se sont convertis à l'islam à différents siècles de l'histoire, à différents moments, pour différentes raisons».

    Le rôle des pays occidentaux dans l'exode

    Comme l'a indiqué le grand mufti de Syrie Ahmad Badreddin Hassoun, qui dit craindre le départ des frères chrétiens, il y avait un projet «visant à libérer la région des chrétiens». L'Europe, l'Australie et le Canada ont ouvert leurs portes aux chrétiens d'Irak, de Syrie et du Liban.

    «Il y a trois ans, près de 300 jeunes de l'Eglise orthodoxe syrienne ont reçu une "green card" d'une série de pays européens». Le mufti est allé à la rencontre de ces jeunes et leur a dit: «si vous partez, vous serez des nombres. En Syrie, vous avez votre famille».

    Se rappelant d'ailleurs les propos de 2011 de Nicolas Sarkozy, Président à l'époque, adressés au Patriarche maronite Monseigneur Rai: «Que les Chrétiens de Syrie et du Liban émigrent pour l'Europe, ils n'ont plus leur place au Proche-Orient », M.Goodarzy regrette qu'«il aurait également profité de cette visite pour évoquer les troubles qu'allait connaître tout le Proche-Orient et la prise de certaines capitales par les Frères musulmans».

    «Beaucoup de Chrétiens ici pensent que le but est de vider tout le Proche-Orient de la présence chrétienne», qui diminue en Palestine, Liban, Syrie et Irak, poursuit M.Goodarzy. «Les cibler et les pousser à l'exil, c'est faciliter les points de discorde qu'il existe depuis 1.400 ans entre les musulmans sans laisser au milieu d'eux aucun pacificateur!»

    Le sort des églises

    Au fil de la guerre, des destructions ont été infligées à un grand nombre d'édifices religieux, tant à des églises qu'à des mosquées. Certains édifices chrétiens ont été presque rasés:

    «Quand les églises ont été détruites par les djihadistes, ça a été souvent fait après qu'ils aient occupé et souillé les lieux. Contrairement aux mosquées, les destructions ne concernaient pas que le bâtiment en tant que tel. La destruction était totale parce qu'ils volaient les cloches, défiguraient les visages peints sur les icônes ou bien les brûlaient, brisaient les croix, les statues et les autels, profanaient les tombes où les saints étaient ensevelis en les déterrant pour y chercher de l'or. La destruction était vraiment totale parce qu'elle se faisait véritablement au mépris de la foi chrétienne», résume le responsable de la mission, qui a participé à des reconstructions et des restaurations de nombreuses églises à travers tout le pays.

    Un village chrétien dans la province d'Hassaké détruit par les terroristes
    © Sputnik . Valeriy Melnikov
    Un village chrétien dans la province d'Hassaké détruit par les terroristes

    Lire aussi:

    Poutine: quasi toute la Syrie, dont les terres chrétiennes, libérée des terroristes
    «Les enfants qui meurent à Damas sont-ils moins importants que ceux de la Ghouta?»
    Après les attentats en Égypte, on évoque de nouveau la frappe US en Syrie
    Tags:
    réfugiés, destruction, guerre, église, exode, musulmans, religion, chrétiens, SOS Chrétiens d'Orient, Iran, Arabie Saoudite, Qamishli, Hama, Tartous, Beyrouth, Homs, Alep, Damas, Palestine, Irak, Liban, Proche-Orient, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik