International
URL courte
5246
S'abonner

Les rapports et les communiqués produits par le service de presse de l’Onu, en couvrant les réunions des différentes commissions de l’organisation, doivent être impartiaux et objectifs tout en évitant impérativement la désinformation, a déclaré le 23 octobre l’ambassadeur adjoint de l’Algérie auprès des Nations unies.

Il est inacceptable que les comptes rendus et les communiqués de presse relatant les débats des différentes commissions de l'Onu ne reproduisent pas fidèlement les propos des différents intervenants. C'est ce qu'a déclaré le 23 octobre à New York Mohammed Bessedik, l'ambassadeur adjoint de l'Algérie auprès des Nations unies, en pointant du doigt les dérives du service de presse de l'organisation internationale, lors d'une réunion consacrée à l'examen des questions relatives à l'information, selon l'Algérie Presse Service (APS).

«Il est inacceptable que, malgré les appels communs régulièrement exprimés à cette auguste Assemblée par les États membres […] des incohérences continuent d'être observées dans les communiqués de presse des différentes réunions de l'Onu», a déclaré le diplomate. «Nous désapprouvons ces violations continuelles des principes consacrés dans la Charte des Nations unies et dans d'autres résolutions et décisions pertinentes de l'Onu», a-t-il encore soutenu en interpellant le secrétaire général adjoint de veiller au strict respect de ces principes.

Évoquant l'importance du travail du service de presse de l'Onu et la nécessité à ce qu'il soit conforme aux règles du professionnalisme et de la déontologie, l'ambassadeur algérien a mis l'accent sur le fait qu'il est impératif que «[…] ceux qui rédigent les communiqués de presse s'abstiennent d'introduire leurs propres commentaires et de se limiter à refléter fidèlement les débats».

Répondant aux justifications avancées par le secrétariat du service de presse des Nations unies, affirmant que les incohérences contenues dans les rapports et les communiqués de presse soulevées par le responsable algérien étaient en fait des erreurs, M. Bessedik, tout en précisant qu'il ne s'agit d'une question d'erreurs, a souligné que «les erreurs doivent être corrigées immédiatement et non pas constamment répétées».

En conclusion, tout en se félicitant de l'engagement pris par le secrétaire général adjoint de remédier à cette situation, Mohammed Bessedik a souligné que «ce problème concerne l'action du système des Nations unies et sa crédibilité».

Selon l'APS, ces déclarations du diplomate algérien interviennent suite aux dérapages commis par le service presse de l'Onu, lors de la couverture des travaux de la quatrième Commission de l'Assemblée générale des Nations unies. En effet, les comptes rendus concernant le débat sur la question du Sahara Occidental n'ont pas transcrit fidèlement les interventions des différents représentants.

Lire aussi:

L’Armée de l’air d’un pays maghrébin classée première puissance en Afrique par Military Watch Magazine
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Un homme désigné comme l'un des agresseurs du chauffeur de bus à Bayonne porte plainte
Tags:
service de presse, professionnalisme, déontologie, désinformation, presse, ONU, Sahara occidental, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook