Ecoutez Radio Sputnik
    Le président turc  Recep Tayyip Erdogan

    L’affaire Khashoggi sera-t-elle la pomme de discorde entre Riyad et Ankara?

    © AP Photo / Vadim Ghirda
    International
    URL courte
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (103)
    674

    Tant que les dirigeants actuels de l’Arabie saoudite et de la Turquie sont en place, rien ni personne ne peut provoquer une rupture dans les relations diplomatiques entre Riyad et Ankara, a affirmé le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane.

    Ceux qui exploitent l'affaire de l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi pour provoquer une rupture des relations diplomatiques entre l'Arabie saoudite et la Turquie, qu'ils sachent que c'est une cause perdue, a déclaré, le 24 octobre à Riyad, le prince héritier du royaume saoudien Mohammed ben Salmane, à l'occasion de l'ouverture du congrès Future Investment Initiative (FII) surnommé le «Davos du désert».

    «Beaucoup essayent d'exploiter l'affaire Khashoggi pour provoquer une fissure dans les relations entre l'Arabie saoudite et la Turquie», a affirmé le prince saoudien. «Ils ne réussiront jamais à provoquer une rupture entre nous et les Turcs tant que l'Arabie saoudite a un roi qui s'appelle Salmane et prince héritier dénommé Mohammed ben Salmane, et la Turquie un Président portant le nom d'Erdogan», a-t-il soutenu.

    Évoquant l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, Mohammed ben Salmane a souligné que cet acte est «douloureux et moche» et que les deux pays feront tout leur possible pour élucider cette affaire, tout en précisant «que la coopération entre le gouvernement saoudien et turc est en parfaite état».

    Pour rappel, le 24 octobre, à sa demande, le prince Mohammed ben Salmane s'est entretenu par téléphone avec le Président Erdogan, selon la Saudi Press Agency (SPA), qui précise que les deux responsables ont discuté des démarches à suivre, dans le cadre d'une enquête conjointe, pour lever le voile sur les circonstances de l'assassinat de M.Khashoggi.

    Dossier:
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (103)

    Lire aussi:

    Premier entretien de Mohammed ben Salmane et Erdogan sur le meurtre de Khashoggi
    «Je ne me considère pas comme un opposant»: un off de Jamal Khashoggi publié après sa mort
    Le prince héritier d’Arabie saoudite opte pour un islam modéré «ouvert sur le monde»
    Tags:
    crise diplomatique, relations diplomatiques, relations bilatérales, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik