Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie

    Reconstruction syrienne: l’Occident fera-t-il finalement sa «part du travail»?

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Maria Tonkova
    15203

    La reconstruction syrienne pourrait être abordée lors du sommet quadripartite entre Moscou, Paris, Berlin et Ankara le 27 octobre prochain à Istanbul. Un expert militaire russe s’est confié à Sputnik sur les divergences entre la Russie et les pays européens à ce sujet.

    La reconstruction de la Syrie et le processus de règlement politique de ce pays en proie à un conflit interne depuis 2011 sont des problèmes d'actualité qui pourront être abordés par les participants du sommet quadripartite entre Moscou, Paris, Berlin et Ankara qui doit se tenir le 27 octobre à Istanbul. La Russie et l'Occident peuvent-ils trouver un terrain d'entente? Sputnik a posé cette question à Vladimir Evseev, vice-directeur de l'Institut des pays de la CEI et expert militaire.

    Comment rendre la transition politique en Syrie «réelle»?

    Les pays européens doivent faire «leur partie du travail» en ce qui concerne le processus de règlement politique en Syrie, estime Vladimir Evseev qui s'est prononcé dans un commentaire pour Sputnik sur les perspectives de la participation des Occidentaux à la reconstruction syrienne.

    «Le processus doit être bilatéral et chaque partie doit avoir ses obligations. Si, par exemple, Damas fait son travail, l'Europe doit faire le sien. L'efficacité ne doit pas être définie seulement comme l'efficacité des mesures de Damas mais aussi comme l'efficacité des actions des capitales européennes qui doivent faire leur part du travail»», a-t-il expliqué.

    Selon lui, seulement dans ce cas de figure, il sera possible de parler d'une «efficacité réelle» telle qu'exigée par les pays européens pour leur participation à la reconstruction de la Syrie.

    «Si nous traitons ce problème de cette façon, nous pourrons parler d'une réelle efficacité. Sinon, ils [les pays européens, ndlr] pourront toujours qualifier les mesures de Damas d'inefficaces et d'insuffisantes en refusant de l'aider», a-t-il ajouté.

    M. Evseev souligne que le processus de transition politique a déjà été entamé avec la formation d'une commission constitutionnelle syrienne. Il s'agit d'une structure dont la création a été proposée par le Congrès du dialogue national syrien qui s'est tenu le 30 janvier à Sotchi. Cet organe doit inclure des représentants du gouvernement syrien actuel et de l'opposition ainsi que des membres indépendants. En septembre, la Russie, l'Iran et la Turquie se sont mis d'accord sur deux listes des participants, tandis que la troisième liste proposée par l'émissaire de l'Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, a suscité des discussions.

    «La formation d'une commission constitutionnelle syrienne est la démonstration du fait que l‘élaboration d'une nouvelle constitution a déjà commencé. Peut-être, faut-il définir un délai à l'issue duquel la constitution devra être rédigée. Il ne doit pas s'agir d'un processus sans fin», a précisé M. Evseev.

    Un préalable à des élections légitimes

    Le retour des réfugiés est un préalable à l'organisation d'élections en Syrie, a déclaré Alexandre Kouznetsov, vice-directeur de l'Institut du pronostic et du règlement politique, qui a participé le 24 octobre à une visioconférence entre Moscou et Berlin consacrée au règlement pacifique du conflit syrien.

    «Il y a six millions de réfugiés syriens à l'étranger […] Si ces gens ne rentrent pas dans leur pays et ne participent pas aux élections, je pense que de nombreux pays occidentaux et, peut-être, la Turquie ainsi que certains groupes politiques syriens, diront que ces élections ne sont pas valides», a-t-il indiqué.

    M. Kouznetsov estime que la reconstruction des infrastructures doit précéder la tenue de ces élections afin de créer les conditions du retour des réfugiés. En avril dernier, Bachar el-Assad a déclaré lors de sa rencontre avec les parlementaires russes que la reconstruction de son pays pourrait coûter 400 milliards de dollars. Des experts russes indiquent cependant que Moscou ne serait pas capable de garantir l'ensemble de ce financement.

    La Russie lance un appel au niveau international

    En juillet dernier, le premier vice-représentant de la Russie à l'Onu Dimitri Polyanski a appelé la communauté internationale à contribuer au rétablissement de l'économie syrienne et à ne pas faire de lien entre celui-ci et le processus politique.

    «Il faudrait que tous nos partenaires internationaux s'engagent à participer aux efforts de reconstruction en renonçant à tout lien artificiel entre celle-ci et la dynamique politique actuelle», a-t-il déclaré.

    En réponse, le représentant de la France à l'Onu François Delattre a réitéré la position française.

    «Nous ne prendrons pas part à la reconstruction de la Syrie sans qu'une transition politique soit effectivement mise en œuvre, avec un processus constitutionnel et électoral sincère», a-t-il annoncé.

    Washington semble être encore plus intransigeant sur la question. Le secrétaire d'État américain a déclaré à la mi-octobre que la Syrie n'obtiendrait pas «un seul dollar» de la part de Washington avant le retrait des forces iraniennes du territoire syrien.

    Le 17 août la diplomatie américaine a fait savoir qu'environ 230 millions de dollars d'aide destinés à la stabilisation de la Syrie seraient redirigés vers d'autres objectifs. Donald Trump a, par la suite, qualifié ce financement de «ridicule», en précisant que c'est aux «pays riches du Moyen-Orient» d'assumer leurs responsabilités pour la reconstruction syrienne.

    Lire aussi:

    Sommet sur la Syrie entre Moscou, Paris, Berlin et Ankara: la glace serait-elle rompue?
    SPIEF: des sociétés russes s'engagent pour reconstruire la Syrie
    La Chine se dit prête à reconstruire la Syrie
    Tags:
    reconstruction, crise syrienne, Constitution, élections, Syrie, France, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik