International
URL courte
631
S'abonner

En élisant, le 24 octobre, un nouveau président pour l’Assemblée nationale populaire algérienne, les députés de la majorité parlementaire se sont mis en porte-à-faux avec la Constitution du pays et ils risqueraient de provoquer une crise institutionnelle.

Comme prévu et en contradiction flagrante avec les dispositions de la Constitution algérienne, les députés de la majorité parlementaire, dite également alliance présidentielle, ont élu, le 24 octobre, en séance plénière le député Mouad Bouchareb, issu du Front de libération nationale (FLN), comme président de l'Assemblée nationale populaire (APN) en remplacement de Saïd Bouhadja, après avoir constaté la vacance du poste. Pour Fatiha Benabbou, constitutionnaliste et professeure de droit à l'université d'Alger, cette élection est bien partie pour provoquer une crise institutionnelle en Algérie.

«C'est une situation délirante», a déclaré la spécialiste à l'AFP. Selon elle, Saïd Bouhadja est toujours «légalement le président » de l'APN, car le constat de vacance «n'a pas été établi juridiquement selon les règles». «Nous risquons de nous retrouver avec deux présidents» à l'Assemblée nationale, «un président légal et un président de fait», a-t-elle mis en garde.

Et pour cause, la Constitution algérienne affirme que «le président de l'APN est élu pour la durée de la législature» sans spécifier la moindre procédure légale de destitution, sauf en cas de démission ou de décès. Toutefois, les députés de l'alliance présidentielle ont argué de «l'incapacité» de M.Bouhadja à «assurer ses fonctions, du fait de son désaccord avec les députés et son refus de démissionner», l'accusant notamment de «mauvaise gestion», pour constater «la vacance» du poste.

Pour sa part, Saïd Bouhadja, lui-même membre du FLN, a affirmé qu'il «demeure le président légal et légitime de l'APN» et dénoncé une «atteinte» à «l'État de droit», à «la séparation des pouvoirs» et au «respect des institutions».

L'opposition, quant à elle, a dénoncé une atteinte aux institutions sur fond de lutte des clans pour le pouvoir.

Ce qui a poussé les députés de la majorité à provoquer la crise au parlement algérien et à tenter d'évincer son président est leur doute quant à un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, a déclaré, le 17 octobre, Abdelaziz Rahabi, ancien ministre algérien de l'Information, dans un entretien accordé au journal arabophone El Khabar. L'ancien ministre a également émis des doutes quant aux dessous de l'opération mains propres ayant visé dernièrement de hauts gradés de l'armée.

Lire aussi:

Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Les Américains vont débarquer à La Rochelle «pour renforcer le flanc Est de l’Europe face à la Russie»
Miss France 2020 sauvée par les pompiers lors d’un incendie dans son immeuble à Paris
Tags:
crise constitutionnelle, élection invalidée, Assemblée populaire nationale (APN) algérienne, Saïd Bouhadja, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook