Ecoutez Radio Sputnik
    Theresa May

    Brexit: «difficultés avec le système métrique» ou quand «les progrès sont à 0%»

    © AP Photo / Virginia Mayo
    International
    URL courte
    465

    Guy Verhofstadt, coordinateur du Parlement européen pour le dossier du Brexit, a déclaré que jusqu’au moment où une solution concernant la frontière irlandaise, lors des négociations sur le Brexit, soit prise, pour lui, l'accord est «réglé à 0%» malgré les affirmations de la partie britannique de presque tout avoir réglé.

    Suite aux négociations entre la Première ministre britannique et l'Union européenne lors du sommet européen qui s'est tenu les 17 et 18 octobre à Bruxelles, Theresa May a affirmé que, selon elle, tout est presque réglé. Sauf que pour Guy Verhofstadt, coordinateur du Parlement européen pour le dossier du Brexit, rien ne peut être fait sans un accord sur la frontière irlandaise. 

    ​«Mme May dit que 95% a été réglé, Michel Barnier [le négociateur en chef chargé des négociations avec le Royaume-Uni, ndlr] dit que 90% a été réglé. Je sais que la Grande-Bretagne a toujours des difficultés avec le système métrique», a lancé Guy Verhofstadt devant la commission parlementaire à Strasbourg.

    Et de poursuivre:

    «Les progrès sur les négociations sur le Brexit peuvent être 90%, 95% ou même 99%, mais tant qu'il n'y a aucune solution pour la frontière irlandaise, tant que l'accord du Vendredi saint n'est pas complètement protégé, pour nous, dans notre Parlement, les progrès sont de 0%.»

    ​Lors de son discours à Strasbourg, Guy Verhofstadt a appelé à offrir un droit de mobilité sans obstacles pour les citoyens britanniques habitant dans l'UE, en leur permettant de voyager entre leur domicile et leur travail dans les 27 États, en échange d'un droit de retour permanent pour un citoyen de l'Union vivant au Royaume-Uni, même après un départ de plus de cinq ans. Il a souligné qu'il restait optimiste en ce qui concerne les négociations entre les deux parties et qu'il croyait ce compromis possible.

    Lundi, la Première ministre Theresa May avait annoncé devant les députés britanniques que, pour elle, l'accord avec l'UE, ainsi que ses protocoles, était bouclé à 95%. Elle a en même temps admis que la question de la frontière irlandaise restait un des principaux points à négocier.

    «En prenant tout cela dans son ensemble, 95% de l'accord de retrait et de ses protocoles sont désormais réglés», avait insisté Theresa May lors de son discours à la Chambre des communes du Royaume-Uni.

    La frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord est ouverte depuis 20 ans, mais le Brexit pourrait rétablir une frontière physique. Ni Londres ni Bruxelles ne veulent le rétablissement d'une frontière physique dans l'île afin de préserver l'accord de paix du Vendredi saint, également appelé accord de Belfast, qui avait mis fin, en 1998, à 30 ans de conflit sanglant entre unionistes majoritairement protestants et républicains catholiques en Irlande du Nord.

    Lire aussi:

    Brexit: une décision clé de Theresa May rejetée par l’UE
    Theresa May: le gouvernement britannique approuve le projet d'accord sur le Brexit
    Brexit: Theresa May risque de faire face à une motion de censure dès mardi prochain
    Tags:
    citoyens, retrait, politique, négociations, Brexit, Guy Verhofstadt, Theresa May, Angleterre, Royaume-Uni, Strasbourg, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik