Ecoutez Radio Sputnik
    Paris

    La France a expulsé un diplomate iranien après un attentat déjoué

    © REUTERS / Stephane Mahe
    International
    URL courte
    6112

    La France a récemment expulsé un diplomate iranien en poste à Paris en réaction à la tentative d'attentat contre un rassemblement d'opposants iraniens à Villepinte, près de Paris.

    Un diplomate iranien en poste en France a dû quitter le pays il y a environ un mois sur décision des autorités françaises qui ont ainsi réagi à la tentative d'attentat contre un rassemblement d'opposants iraniens près de Paris, a annoncé l'agence Reuters citant des sources diplomatiques et des proches des services de sécurité occidentaux.

    Selon Reuters, il s'agissait d'un agent des services de renseignement iraniens.

    Le 2 octobre, Paris a accusé l'Iran d'avoir commandité le projet d'attentat, qui visait un rassemblement organisé fin juin par les Moudjahiddines du peuple à Villepinte. Par la suite, la France a gelé pour six mois les avoirs d'une direction du ministère iranien des Renseignements et de la Sécurité nationale, ainsi que de deux responsables iraniens, un certain Saeid Hashemi Moghadam et le diplomate en poste à Vienne Assadollah Assadi, interpellé en Allemagne et extradé ensuite vers la Belgique.

    Téhéran a démenti toute implication dans le projet d'attentat de Villepinte et accusé les Moudjahiddines du peuple d'avoir monté toute l'affaire. Un responsable iranien a démenti l'expulsion du diplomate, d'après Reuters.

    Le 12 octobre, le Président Macron a déclaré qu'il n'était pas encore évident que l'attentat à la bombe visant un rassemblement d'opposants iraniens en France ait été planifié au plus haut niveau du gouvernement de Téhéran.

    Lire aussi:

    Une femme frappée par une bande en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Deux Eurofighter de la Bundeswehr entrent en collision en Allemagne
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Tags:
    diplomates, expulsions, Reuters, Villepinte, Iran, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik