International
URL courte
17383
S'abonner

La coalition dirigée par les États-Unis a rejeté les accusations de Moscou selon lesquelles des drones qui avaient attaqué la base aérienne russe en Syrie en janvier étaient contrôlés depuis un avion-espion américain.

La déclaration du ministère russe de la Défense sur l’implication présumée d’un avion de reconnaissance américain dans une attaque de drones contre l’aérodrome militaire à Hmeimim, en Syrie, est infondée, a affirmé vendredi devant les journalistes Sean Ryan, porte-parole de la Force multinationale interarmées de l’opération Inherent Resolve.

«Toutes les suppositions selon lesquelles les États-Unis et les forces de la coalition ont joué un rôle dans l’attaque contre la base russe sont infondées et irresponsables», a indiqué M.Ryan.

Le vice-ministre russe de la Défense Alexandre Fomine a déclaré jeudi, lors d’une conférence sur la sécurité en Chine, que l’attaque simultanée de 13 drones de combat contre la base aérienne russe de Hmeimim du 6 janvier aurait été contrôlée depuis un avion américain Boeing P-8 Poseidon. Selon M.Fomine, les drones sont passés en mode de contrôle manuel après avoir subi l’effet des systèmes de cyberdéfense russes.

Le ministère russe de la Défense a précédemment déclaré que des radicaux avaient pour la première fois procédé à une attaque massive de drones contre la base aérienne de Hmeimim et le point d’approvisionnement des navires russes à Tartous, en Syrie, le 6 janvier dernier. Les militaires russes avaient repoussé l’attaque en utilisant des moyens de cyberdéfense. Ils ont abattu sept drones et ont pris le contrôle de six autres appareils.

Le ministère a souligné que seul un pays développé sur le point technologique aurait pu aider les radicaux à organiser une telle attaque avant de mettre en garde contre d’autres attaques de ce type.

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
Le cousin de Mohammed VI appelle les Libanais à «la révolte civile», provoquant un tollé
Tags:
attaque, démenti, avion de reconnaissance, drone, aérodrome de Hmeimim, Boeing P-8 Poseidon, coalition anti-Daech, Pentagone, Sean Ryan, Syrie, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook