Ecoutez Radio Sputnik
    Une hryvnia qui brûle

    L’Ukraine est une grande perdante, selon le PDG de Naftogaz

    © Sputnik . Alexander Demyanchuk
    International
    URL courte
    12385

    Les chances de l’Ukraine de prendre le haut du pavé en termes de développement économique diminuent exponentiellement et le pays en tant que tel est un loser, selon le chef de Naftogaz, Andreï Kobolev.

    Les espoirs placés dans les succès économiques de l'Ukraine se volatilisent et le pays est un grand perdant, a déclaré Andreï Kobolev, président de la société ukrainienne de transport et de traitement de pétrole et de gaz Naftogaz.

    «Abstraction faite des émotions, nous sommes des grands perdants classiques. Nous ne sommes pas des leaders, nous ne sommes même pas dans la moyenne. C'est pourquoi la question de savoir comment gagner dans une concurrence mondiale se complique d'année en année», a annoncé M. Kobolev, cité par la revue ukrainienne Novoïé vremia.

    De son avis, les leaders mondiaux se développeront à des rythmes élevés, ce qui attirera des spécialistes qualifiés. De cette façon, la qualité du potentiel humain devient un des facteurs les plus importants et les chances de l'Ukraine pour le leadership diminuent exponentiellement.

    La directrice de la Banque mondiale pour l'Ukraine, la Biélorussie et la Moldavie, Satu Kahkonen, avait précédemment déclaré que si l'Ukraine maintient son taux actuel de croissance du PIB, elle aura besoin de 100 ans pour rattraper les pays européens voisins.

    L'économie ukrainienne est en dégradation après les événements de 2014: les secteurs clés ne se développent pas et les principales usines ferment. Kiev tente de mener des réformes économiques, prend des crédits du FMI, ce qui se répercute sur le bien-être de la population: les charges communales continuent de grimper et les salaires et les retraites restent à un niveau très bas.

    La situation est également aggravée par une corruption sans précédent, par la croissance du «secteur gris» de l'économie, par la rupture des relations économiques avec la Russie et la politique à l'égard du Donbass.

    La dette extérieure ukrainienne a augmenté de 18,9% en 2016 et de 10,9% en 2017. En cinq ans, entre début 2013 et début 2018, le rapport entre la dette publique et le PIB a presque doublé, passant de 36,6 à 71,8%.

    Lire aussi:

    Les quatre conditions du FMI pour octroyer un crédit à Kiev
    Défaut de paiement imminent en Ukraine?
    Kerry appelle Kiev à combattre la corruption
    Tags:
    réformes, croissance économique, Naftogaz, Andreï Kobolev, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik