Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    Poutine dresse le bilan du sommet d'Istanbul sur la Syrie

    © Sputnik . Maksim Blinov
    International
    URL courte
    Sommet France-Russie-Turquie-Allemagne sur la Syrie (30)
    351601

    Vladimir Poutine a commenté les résultats du sommet d'Istanbul qui avait permis aux Présidents français, russe et turc et à la chancelière allemande d'examiner les moyens de régler la crise en Syrie.

    Le Président Poutine a dressé le bilan du sommet Allemagne-France-Russie-Turquie sur la Syrie qui a débouché samedi sur l'adoption d'une déclaration conjointe à Istanbul, en Turquie.

    Comment garantir la stabilité en Syrie

    «Tous les participants à la rencontre sont d'accord pour dire qu'on peut garantir une stabilité durable en Syrie uniquement par des méthodes politiques et diplomatiques en stricte conformité avec la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'Onu et en respectant les principes d'unité, de souveraineté et d'intégrité territoriale de la Syrie», a notamment indiqué M.Poutine lors d'une conférence de presse à Istanbul.

    Selon lui, la déclaration adoptée par les quatre pays montre leur désir d'œuvrer ensemble «pour régler la situation en Syrie, lancer un dialogue intersyrien efficace et mener des réformes d'État requises».

    Comité constitutionnel syrien

    Selon le Président russe, il importe de réunir le Comité constitutionnel syrien à Genève qui doit être reconnu par toutes les parties en conflit en Syrie. La Russie espère que le Comité pourra entamer ses travaux d'ici la fin de l'année.

    Mais les efforts visant à créer le Comité constitutionnel n'aboutiront que si on respecte le gouvernement légitime syrien et lance un dialogue constructif avec l'opposition, estime M.Poutine.

    «Nous avons réussi à nous mettre d'accord avec l'opposition et le Président syrien Assad pour former deux parties du comité: celles de l'opposition et du gouvernement syrien. À présent, il est temps de s'entendre sur la troisième partie du comité qui réunira les représentants d'organisations non gouvernementales et différentes structures. C'est un travail difficile parce que chaque partie cherchera à y envoyer les personnes auxquelles elle fait confiance», a noté le Président russe.

    Consultations avec Téhéran

    Selon M.Poutine, il importe d'organiser des consultations avec l'Iran pendant la création d'un comité constitutionnel en Syrie.

    «Nous devons sans doute mener des consultations plein format avec le gouvernement syrien et avec nos partenaires iraniens, parce qu'il est impossible de régler ce problème sans l'Iran, pays-garant du processus de paix, du cessez-le-feu et de la création des zones de désescalade», a estimé le dirigeant russe.

    La lutte contre le radicalisme

    Toutefois, la lutte contre les radicaux reste parmi les tâches les plus importantes, d'après M.Poutine.

    «Malgré le fait que le niveau de violence en Syrie ait diminué de manière significative, l'élimination des radicaux qui s'y sont accumulés reste une tâche importante. Nous ne devons pas permettre aux bandits habitués aux combats de poursuivre leurs activités criminelles, de créer des "cellules dormantes" dans nos pays, de recruter des partisans et de prêcher une idéologie extrémiste et le terrorisme», a souligné le chef du Kremlin.

    La zone démilitarisée d'Idlib

    Pendant le sommet, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont informé Emmanuel Macron et Angela Merkel de la réalisation des ententes russo-turques sur Idlib.

    «Tout ce que nous faisons avec nos partenaires turcs dans ce domaine correspond à nos missions. Nous souhaitons démilitariser une zone de 15 ou 20 km de profondeur pour qu'elle soit libre d'armes lourdes et de groupes radicaux», a expliqué le Président russe.

    M.Poutine a insisté sur le caractère provisoire de la zone démilitarisée et de la zone de désescalade dans le gouvernorat d'Idlib avant d'espérer que la Turquie assurerait au plus vite le retrait des forces d'opposition, «des armes lourdes et des unités militaires» de la zone démilitarisée d'Idlib.

    «Nous voyons que la Turquie fait tout son possible en ce sens», a-t-il ajouté.

    La Russie se réserve le droit d'aider Damas

    Dans le même temps, Moscou se réserve le droit d'aider le gouvernement syrien à éliminer les terroristes à Idlib, «si les radicaux mènent des provocations armées depuis» cette zone, d'après le Président russe.

    «Si les radicaux entravent la réalisation de cette mission [de retrait des forces d'opposition d'Idlib, ndlr], s'ils mènent des provocations armées depuis la zone d'Idlib, la Russie se réserve le droit de soutenir les actions résolues du gouvernement syrien visant à démanteler ce foyer terroriste», a souligné M.Poutine.

    Il a rappelé que des tirs d'artillerie effectués récemment par des radicaux depuis cette région avaient visé la ville d'Alep et qu'une cinquantaine de drones avaient été abattus.

    «Nos forces de défense antiaérienne ont abattu 50 drones près de notre base de Hmeimim ces deux derniers mois», a-t-il précisé.

    Les réfugiés syriens

    Il a invité la France, l'Allemagne et la Turquie à appuyer l'initiative russe sur l'organisation d'une conférence internationale sur les réfugiés syriens.

    «Nous avons proposé à nos partenaires de soutenir l'idée russe de convoquer une conférence internationale sur les réfugiés syriens. Nous comprenons que nous ne pourrons pas obtenir des résultats tangibles si nous ne conjuguons pas nos efforts», a noté M.Poutine.

    Il a rappelé que la Russie réalisait un travail important dans ce domaine, mais que seuls les efforts collectifs de la communauté internationale pouvaient sensiblement améliorer la situation dans le pays, régler les problèmes sociaux et redresser l'économie syrienne.

    Selon M.Poutine, les discussions multilatérales se sont déroulées «dans une ambiance de travail» et les quatre pays ont réalisé un travail sérieux en vue de régler les questions de principe du dossier syrien. Il a remercié la Turquie pour l'organisation de cet événement.

    ​Le sommet entre la France, la Russie, la Turquie et l'Allemagne sur la Syrie s'est déroulé ce samedi 27 octobre à Istanbul. La situation en Syrie, l'accord sur Idlib et le règlement politique ont été à l'ordre du jour.

     

    Dossier:
    Sommet France-Russie-Turquie-Allemagne sur la Syrie (30)

    Lire aussi:

    Vladimir Poutine évalue la situation à Idlib
    Les faux-semblants et les non-dits du sommet d’Istanbul sur la Syrie
    La notion d’aide humanitaire à la Syrie doit être élargie, selon Vladimir Poutine
    Tags:
    radicaux, réfugiés syriens, sommet, zone démilitarisée, Emmanuel Macron, Recep Tayyip Erdogan, Angela Merkel, Vladimir Poutine, Idlib, Istanbul, Turquie, Iran, Syrie, France, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik