Ecoutez Radio Sputnik
    Shooting in Pittsburgh

    Fusillade de Pittsburgh: des voisins divulguent une habitude particulière de l’assassin

    © AP Photo / Gene J. Puskar
    International
    URL courte
    7010

    L’individu qui a ouvert le feu dans une synagogue de Pittsburgh, faisant au moins 11 morts, avait l’air d’un «homme tout à fait normal» et ne provoquait aucun soupçon chez ses voisins, ont révélé aux journalistes des voisins de l’assassin.

    Robert Bowers, âgé de 48 ans, qui a ouvert le feu le samedi 27 octobre dans une synagogue de Pittsburgh semblait être un «homme tout à fait normal» et ne provoquait aucun soupçon dans son entourage, ont confié ses voisins aux journalistes de la chaîne CNN.

    Ainsi, on a appris que le meurtrier résidait à son adresse actuelle depuis deux ans. Il n'était ni inamical ni trop aimable. Il pouvait rester chez lui pendant quelques jours avant de s'absenter pendant un certain temps. Il a expliqué son absence à sa fiancée par le fait qu'il travaillait en tant que conducteur de poids lourd.

    La seule chose que les voisins trouvaient étrange c'est l'habitude de Robert Bowers de regarder la télévision avec le son mis à fond que ce soit le jour ou la nuit. De manière générale, c'est ainsi qu'il regardait les actualités.

    Pour le moment, on ignore si M.Bowers avait déjà des problèmes avec la justice. Selon la première version, il a agi seul. Il possédait l'autorisation de détenir les armes à feu depuis 1996.

    Un homme a ouvert le feu le 27 octobre dans une synagogue située près des avenues Wilkins et Shady de la ville américaine de Pittsburgh, en Pennsylvanie. La fusillade a fait 11 morts, ainsi que six blessés, dont trois policiers.

    Lire aussi:

    La Corée du Nord saisit un navire russe
    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    La Syrie dénonce une attaque israélienne contre son territoire
    Tags:
    morts, meurtre, synagogue, fusillade, Pittsburgh, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik