International
URL courte
96624
S'abonner

Les pays du club nucléaire, dont la Russie, la Chine, le Royaume-Uni, les USA et la France, s'opposent au Traité sur l'interdiction des armes nucléaires.

Les grandes puissances ont réitéré leur opposition aux dispositions du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires, selon une déclaration conjointe publiée lundi sur le site du ministère russe des Affaires étrangères.

«Nous déclarons notre opposition au Traité sur l'interdiction des armes nucléaires. Nous sommes fermement persuadés que la meilleure option pour parvenir à un monde sans armes nucléaires est un processus progressif qui prend en compte la situation sécuritaire internationale», indique le document signé par Moscou, Pékin, Londres, Washington et Paris.

Selon le texte, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu estiment que le traité ne prend pas en considération les problèmes clés qui doivent être résolus pour parvenir au désarmement nucléaire durable à l'échelle mondiale et contredit le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

«Il provoque des désaccords dans la cadre des instruments internationaux de non-prolifération et de désarmement, ce qui risque de compliquer davantage le progrès dans ce domaine», lit-on dans le document.

Le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires est un traité international des Nations unies adopté en juillet 2017. Pour entrer en vigueur, il doit être ratifié par au moins 50 pays signataires.

Lire aussi:

Refoulé faute de pass sanitaire, il blesse par balle deux agents de sécurité en Savoie
Un projet de loi de prolongation du pass sanitaire devrait être présenté le 13 octobre
En continu: plusieurs morts et blessés suite à une fusillade dans une université en Russie
Un Pfizer, s’il vous plaît: un café lillois offre un service inédit - photos
Tags:
Russie, États-Unis, France, Chine, Royaume-Uni, ministère russe des Affaires étrangères, Conseil de sécurité de l'Onu, armes nucléaires, accord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook