Ecoutez Radio Sputnik
    Prague, Czech RepublicPrague

    Le Premier ministre tchèque favorable au dialogue avec la Russie

    © Flickr/ LenDog64 © Sputnik . Natalia Seliverstova
    1 / 2
    International
    URL courte
    5251

    La Russie n’est pas une menace et les relations avec elle devraient être normalisées, a déclaré le Premier ministre tchèque Andrej Babis lors d’une intervention à la télévision tchèque.

    Intervenant en direct à la télévision tchèque, le Premier ministre Andrej Babis a déclaré qu'il ne considérait pas la Russie comme une menace et qu'il espérait que les relations avec Moscou seraient sous peu normalisées.

    «Il est nécessaire de mener un dialogue actif avec elle (la Russie, ndlr), notamment sur la situation en Syrie. Je pense que l'Europe a déployé très peu d'efforts face à la situation dans ce pays, qu'elle a laissé échapper la situation. Il est dans notre intérêt que le calme et le bon ordre reviennent en Syrie, et que ses ressortissants puissent regagner leur foyer. Cela aurait un grand impact sur le problème migratoire en Europe», a-t-il signalé.

    De l'avis de M.Babis, dans ses relations avec la Russie, l'Occident est revenu à un état de «guerre quasi-froide».

    «Les sommes immenses dépensées actuellement pour des armes nouvelles auraient pu être utilisées pour soutenir les pays d'Afrique à l'origine des flux de migrants vers l'Europe», a-t-il notamment fait remarquer.

    Les relations entre la Russie et les pays occidentaux se sont dégradées après le début du conflit en Ukraine et le rattachement de la Crimée à la Russie en 2014. L'Occident a imposé des sanctions contre la Russie, qui ont entraîné en riposte un embargo sur les importations européennes. Moscou a toujours souligné qu'il n'était en aucune façon partie prenante au conflit intérieur qui mine l'Ukraine depuis 2014.

    Ces derniers temps des voix se font entendre de plus en plus souvent en Occident prônant la levée des sanctions antirusses et l'installation d'un dialogue d'égal à égal avec la Russie.

    Lire aussi:

    Ministre italien: Rome sera «l’une des premières voix» contre les sanctions antirusses
    Des médias allemands évaluent les dommages causés par les sanctions antirusses
    Matteo Salvini qualifie les sanctions antirusses d’«absurdité»
    Tags:
    relations, menace russe, Andrej Babiš, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik