Ecoutez Radio Sputnik
    Les gens protestent contre le président camerounais Paul Biya sur l'avenue Pennsylvania, près de la Maison Blanche, le 22 octobre 2018 à Washington, DC.

    Réélection de Paul Biya, l’opposition au Cameroun ne baisse pas les bras

    © AFP 2018 Brendan Smialowski
    International
    URL courte
    Anicet Simo
    672

    Au Cameroun et à l’étranger, la contestation ne faiblit pas après les résultats de la présidentielle qui donnent Paul Biya vainqueur. Maurice Kamto, classé 2e, mais s’estimant victime d’un «hold-up électoral», a lancé vendredi 26 octobre un «mouvement de résistance». Des manifestations étouffées par la police à Douala et Yaoundé.

    Samedi 27 octobre, une marche non autorisée à Douala de militants du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun), a tourné court avec l'arrestation d'une cinquantaine de militants.

    Un participant à la marche non autorisée du MRC dans les rues de Douala filme la manifestation.

    Olivier Bibou Nissack, porte-parole de Maurice Kamto, chef du MRC et candidat malheureux à la présidentielle, qui conteste les résultats officiels, annonçait également sur sa page Facebook dans la même journée la présence de la police au siège de leur parti, à Douala.

    «Le siège du MRC à Douala pris d'assaut en ce moment même par des hommes en tenue. Des tirs sont entendus et le siège est en cours de mise à sac et de destruction. Plus tôt ce jour, arrestations massives des militants (Me Michèle Ndoki et une cinquantaine d'autres) et sympathisants manifestant pacifiquement. Nous résisterons, et nos camarades seront libérés!», déclarait Olivier Bibou Nissack, porte-parole Maurice Kamto.

    Des manifestants qui ont été libérés tard dans la nuit du même samedi à la suite d'une vague de réactions dans l'opinion. Dimanche 28 octobre, de nouvelles arrestations de militants du MRC ont eu lieu dans la capitale Yaoundé. Les personnes interpellées participaient à un sitting à la cathédrale Notre-Dame des Victoires de Yaoundé pour protester contre la réélection de Paul Biya. Une information confirmée sur le compte du porte-parole de Maurice Kamto.

    Ces manifestations s'inscrivent dans le cadre du programme de «résistance pacifique» lancé par Maurice Kamto. Le candidat malheureux à la présidentielle et ses partisans projetaient dès le vendredi 26 octobre 2018 une série de manifestations au Cameroun et à l'étranger. Un mouvement suivi à Londres, au Royaume-Uni par des Camerounais de la diaspora.

    Manifestants pro-Kamto à Londres
    © Photo.
    Manifestants pro-Kamto à Londres

    Les partisans et militants du MRC entendent continuer leurs actions jusqu'au jour choisi pour la prestation de serment de Paul Biya. En fin de semaine dernière, le gouvernement de Yaoundé durcissait déjà le ton face à l'annonce de cette série de manifestations par la voix du ministre de l'Administration territoriale.

    «L'administration a, jusqu'alors, fait preuve de retenue. Il est toutefois de mon devoir de prévenir que désormais nous n'allons tolérer aucun désordre. Toutes les tentatives de troubles à l'ordre public seront traitées avec la plus grande fermeté. À ma connaissance, la qualité d'ancien candidat à l'élection présidentielle ou membre d'un parti politique ne confère aucune immunité», a prévenu Atanga Nji, ministre de l'Administration territoriale.

    Mise en garde d'Atanga Nji, ministre de l'Administration territoriale du Cameroun, aux opposants qui continuent à contester les résultats de la présidentielle.

    Mercredi 24 octobre, les autorités ont interdit une conférence de presse programmée par l'opposant Cabral Libii, classé troisième à la présidentielle. Le même jour et jeudi, la police a bloqué l'accès au siège de son parti à Yaoundé, l'empêchant de s'y entretenir avec la presse.

    Malgré la proclamation officielle des résultats le 22 octobre dernier, qui donnent Paul Biya vainqueur avec 71,28% des voix, devançant de loin ses principaux challengers, la tension persiste au Cameroun depuis le 8 octobre, date à laquelle Maurice Kamto s'était déclaré vainqueur du scrutin du 7 octobre. Plusieurs manifestations des candidats sont interdites, mais loin de se laisser intimider, les principaux opposants à Paul Biya multiplient des initiatives pour exprimer leur contestation.

    Lire aussi:

    Des opposants à la réélection de Paul Biya arrêtés à l’Ouest du Cameroun
    Cameroun: Maurice Kamto en trouble-fête le jour de l’investiture de Paul Biya
    Cacophonie présidentielle au Cameroun: les opposants revendiquent tous la victoire
    Tags:
    manifestation, Paul Biya, Maurice Kamto, Yaoundé, Douala, Cameroun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik