Ecoutez Radio Sputnik
    Otan

    «L’Otan ramène ou essaie de ramener l’Europe à l’époque de la Guerre froide»

    © AFP 2018 GEORGES GOBET
    International
    URL courte
    21373

    La normalisation des relations entre la Russie et l’Otan n’est possible qu’à la condition d’une révision de la politique de dissuasion de l’Alliance atlantique qui est orientée contre Moscou et laisse entrevoir un retour de la Guerre froide en Europe, a déclaré lundi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Grouchko.

    La politique actuelle de l'Otan à l'égard de la Russie rend impossible la normalisation des relations entre les deux parties, a affirmé lundi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Grouchko.

    «À l'heure actuelle, il est évident pour nous que le retour à la normalité [des relations Otan-Russie, ndlr] n'est possible que si l'Otan renonce au choix qu'il a fait de la confrontation», a déclaré M.Grouchko lors d'une table ronde organisée sur le thème de l'«Avenir de l'Otan: sources d'incertitude et scénarios possibles de développement».

    Selon le diplomate, la politique de l'Alliance ne mène qu'à l'aggravation de la situation militaire en Europe.

    «Ce que l'Otan fait sur son flanc oriental peut être qualifié de création d'un potentiel militaire capable de projeter une force vers la Russie. En termes militaires, il s'agit de préparatifs militaires», a-t-il souligné.

    Quant à la Russie, elle doit répondre à ce comportement de l'Otan par des mesures politiques et militaires, a ajouté M.Grouchko.

    «En plaçant sa politique de dissuasion à l'égard de la Russie au centre de son activité militaire, l'Otan ramène ou essaie de ramener l'Europe à l'époque de la Guerre froide», a constaté le vice-ministre.

    Il est sûr qu'une telle politique risque de provoquer une nouvelle course aux armements, difficile à arrêter, «même si la volonté politique existe et les conditions appropriées sont réunies». N'ayant pas réussi à se transformer après la fin de la Guerre froide, l'Alliance atlantique essaie de recréer l'atmosphère de cette époque, a conclu Alexandre Grouchko.

    Lire aussi:

    La Russie se voit imposer une compétition militaire au centre de l'Europe
    Russie-Otan: la «Guerre froide» n’est pas encore révolue
    Moscou: «nous ne voyons pas de signes montrant que l’Otan est prête à s’arrêter»
    Tags:
    confrontation, guerre froide, normalisation, relations, ministère russe des Affaires étrangères, OTAN, Alexandre Grouchko, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik