International
URL courte
4013
S'abonner

Selon les résultats préliminaires de l’enquête, la femme qui s’est fait exploser lundi dans le centre de Tunis aurait apparemment été en contact avec des terroristes de Daech*, a annoncé une radio locale.

La kamikaze qui a blessé au moins neuf personnes en actionnant lundi sa ceinture d'explosifs au centre de Tunis aurait été en contact avec le groupe terroriste Daech*, a annoncé la radio tunisienne Shems FM.

D'après le site Direct Info, il s'agit d'une Tunisienne née en 1988, Mouna Gebla, originaire de Sidi Alouane, dans le gouvernorat de Mahdia.

Elle n'était pas connue des services de sécurité pour son radicalisme, note l'agence officielle TAP.

Une perquisition effectuée à son domicile a permis de découvrir des projets de l'attaque, toujours selon Direct Info. Des voisins de la kamikaze ont déclaré que la jeune femme s'était radicalisée en 2017. Les proches de Mouna Gebla ont été convoqués au service antiterroriste.

Une explosion s'est produite lundi, vers 13h50, sur l'avenue Habib Bourguiba à Tunis. Selon un nouveau bilan annoncé par le ministre tunisien de l'Intérieur Hichem Fourati, au moins vingt personnes ont été blessées dont 15 policiers et cinq civils. Parmi les blessés, il y a deux enfants. La kamikaze a été tuée sur place. Selon la radio Mosaique FM, la femme portait une ceinture contenant une petite quantité d'explosifs.

Le ministère français des Affaires étrangères a condamné l'attentat de Tunis avant d'exprimer sa solidarité avec le peuple tunisien.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Le bilan journalier des nouveaux cas en France plus de cinq fois plus élevé que la veille
Déluge de feu en terre sainte: dans l’escalade, Israël et la Palestine peuvent compter sur leurs alliés
«Le dernier rempart de la paix civile est en train de céder», s’inquiète Philippe de Villiers
Le «champignon noir»: ce redoutable inconnu qui s’attaque aux patients rétablis du Covid
Tags:
femmes, attentat suicide, attentat, Daech, Tunis, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook