Ecoutez Radio Sputnik
    Algérie

    Algérie: vers la présidentielle la plus chère de son histoire?

    © AP Photo / Toufik Doudou
    International
    URL courte
    628

    La prochaine élection présidentielle en Algérie, le plus grand pays d'Afrique, risque de s'avérer la plus onéreuse de son histoire, préviennent des médias locaux.

    Le projet de loi de finances algérien pour l'année 2019 prévoit l'octroi de 50 milliards de dinars, soit 416 millions d'euros, pour les besoins de l'organisation de l'élection présidentielle prévue en avril prochain, rapporte le portail Tout sur l'Algérie (TSA).

    Le site explique que la législation en vigueur impose que l'État prenne en charge les dépenses liées aux processus de vote et de décompte des voix et couvre en partie les dépenses des campagnes électorales. À titre comparatif, le portail rappelle que le budget des élections locales de 2012 s'élevait à 31 milliards de dinars, bien que ce genre de consultation soit plus large que la présidentielle.

    L'année dernière, le gouvernement algérien a dépensé 40 milliards de dinars pour l'organisation des élections législatives et locales. Dans ce contexte, TSA pose la question de savoir pourquoi la présidentielle de 2019 coûtera beaucoup plus cher que les récents scrutins plus compliqués du point de vue organisationnel et sera la plus onéreuse de l'histoire du pays.

    Le portail rappelle en outre que le gouvernement de la République démocratique du Congo a consacré en 2016 432 millions de dollars pour la tenue de dix scrutins, dont la présidentielle. Or, de l'autre côté de la Méditerranée, la France a affecté en 2012 un montant 437 millions d'euros aux élections présidentielles et législatives, «pas loin du coût estimé de la présidentielle algérienne de 2019», ajoute TSA sur un ton un peu plus consolant.

    Lire aussi:

    L'Algérie met en marche la planche à billets et crée un équivalent de 26 milliards d'euros
    Algérie: après les imams, c’est aux députés de réclamer leur part du gâteau pétrolier
    Des milliers de Franco-algériens quitteraient la France pour bâtir leur avenir en Algérie
    Tags:
    vote, dépenses, élection présidentielle, France, République démocratique du Congo (RDC), Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik